ART DE VIVRE – SPECIAL MEDECINS

La voix qui ponctuait le reportage sur ITélé concernant le manque cruel de médecins (et non pas docteurs…) en banlieues « difficiles » semblait s’en étonner.

À ce sujet, au PD, nous préférons dangereuses ou anxiogènes voire mortelles parce que ces euphémismes à la mord-moi-l’noeud pour cacher la merde du chat commencent à nous les briser grave. « Vegra », pardon…

Une brave fille, originaire du 9-3, blanche comme vos dents, venait de s’y installer comme généraliste et incitait ses confères à faire de même. Elle avait  terminé ses 7 ans de malheur estudiantins et faisait preuve d’un bel enthousiasme tout à son honneur.

Nous allons suivre pendant quelques années ses pérégrinations si vous le voulez bien. Pour ce faire, grâce à un logiciel de projection temporel très fiable inventé par François Moud’lab* qui lui permet de savoir à l’avance le résultat des élections de 2012, nous serons en mesure de comprendre pourquoi elle quittera la région en moins de deux ans…

Le premier problème qui se posera à la petite kamikaze sera la barrière de la langue. Ou plutôt des langues. Le Swahili, l’Urdu, le Perse, l’Haïtien, le Mandarin, le Berbère, l’Arabe littéraire dont rappelons-le seuls les Égyptiens sont les dépositaires, l’Estonien, le Thaïlandais, le Turc, le Grec, le Serbe, le Peule, le Géorgien, plus quelques dialectes d’Afrique Très Foncée, ne sont pas des langues faciles à maîtriser. On a vite fait de traduire « Arrêtez de me frapper » par un faux ami qui incitera les assaillants à amplifier le phénomène…

La voiture pour les visites ne lui sera plus nécessaire, les transports en commun semblant parfaitement indiqués avec cependant un petit bémol en ce qui concerne la sécurité des personnes.                                                                                                                            De toute façon, on ne donnait pas 3 mois à sa Polo VW pour servir de braséro aux dealers du bas de son immeuble.

À ce propos, notons qu’au quatrième cambriolage avec effraction de son cabinet, elle aura de plus en plus de mal à s’approvisionner en morphine et autres dérivés opiacés.

La chirurgie réparatrice vaginale et anale n’aura hélas plus de secret pour elle dès la semaine de l’ouverture de son officine. De surcroit, la coquette devra faire profil bas avec quelques balafres faites au cutter sur le visage. Elle se concentrera ainsi beaucoup plus sur son travail et ne s’amusera plus à porter des jupes trop courtes propres à inciter les jeunes et beaux mâles encapuchonnés à des débordements répréhensibles mais compréhensibles cependant.

Au bout d’un an de cette vie passionnante et pleine d’imprévus, ne traitant que des alcooliques chroniques, des vieillards grabataires terrorisés, des névropathes à tendance morbide et des caissières de supermarché licenciées, les vrais problèmes interviendront lorsqu’elle aura affaire aux femmes des barbus. Et là, elle comprendra sa douleur. Il faudra déjà qu’elle apprenne à les reconnaître à la voix…

De même, soigner Babacar M’Goulou N’Goulou * qui aura été envoûté un Dimanche par Maman Brigitte, la femme du Baron Samedi, ne sera pas une sinécure pour elle à moins d’acheter en gros les poulets à égorger.                                                                   De surcroît, elle aura tout intérêt à faire disparaître fissa la croix de David ou celle du Crucifié qu’elle avait reçu pour sa « Bat Mitsvah » ou sa « première communion », car ces messieurs-dames ne badinent pas avec les signes ostentatoires religieux. En tout cas ceux des européens. Idem pour les sapins et les boules multicolores en période de Noël qui témoigneront auprès des autochtones de sa non-intégration…                                           En revanche, elle retirera un certain bénéfice de santé à ne plus manger de viandes trop grasses comme le cochon par exemple, les boucheries des mécréants ayant disparu depuis longtemps sous la pression de la rue. Pour manger des travers de porc, faudra se rendre dans la capitale et encore pas partout .                                                                  Elle devra baisser les yeux en permanence au risque de se prendre une multitude de réverbères et autres marronniers dans la tronche, afin de ne pas gêner le petit commerce ambulant qui permet aux pré-ados de s’émanciper de l’aimable férule parentale en leur rapportant suffisamment de thunes pour l’achat en moins de six mois d’une modeste Ferrari qu’ils piloteront sans permis du haut de leur 13 balais à chiotte.            Au bout d’un an et demi, c’est en général la moyenne de résistance, elle aura le choix entre s’enfuir de nuit grâce à de la famille proche en abandonnant armes et bagages ou se convertir à l’Islam et troquer son grotesque Lucette* en flamboyant Assia* qui signifie soigner et soulager, c’est raccord.                                                                            Toutefois, nous lui conseillons Jade* (bon, excellent, généreux) qui aura l’avantage de ne pas effrayer les quelques franchouillards qui auront l’outrecuidance et la témérité de vivre toujours dans la cité.                                                                                                              Si elle décide de rester, elle aura tout intérêt également à nommer son cabinet genre « Nique-la-police-ta-mère-z’y-va-la-pute« , ça plait beaucoup…

 

* Nom choisi  au hasard par l’auteur de l’article sans préjuger de la moindre malveillance ni de la moindre ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées, ce qui serait le plus pur effet du hasard.

 

4 réflexions au sujet de « ART DE VIVRE – SPECIAL MEDECINS »

  1. cette histoire fait vraiment peur. On entend souvent que nous allons vivre tous sous Islam dans quelques annees et avec les racontes pareils, on est oblige de le croire. On Anglettere on entend que nos cousins Islamique veulent faire disparaitre Noel, Paques, etc. Et les Anglais et les Francais (et autres) sont assez cons de leur laisser faire pr ne pas avoir l’air raciste. Ils se foutent de nous meme ici en Australie.

  2. La tu y vas un peu fort, mais tu es loin de la réalité, dans les salles d’attente il vaut mieux ne rien laisser aux murs , jamais abandonner quoi que ce soit, aucuns journaux etc…Les sieges sont en general enchaines pour en éviter la fauche. Un de mes amis avocat reçoit des menaces de mort lorsqu’il conseille a ses clientes de divorcer ce qu’évidemment elle ne font jamais . Triste vie deja mais rendue pire par la pesanteur sociale et l’obscurantisme . Finalement une minorité tres agissante pourrit la vie de braves gens.

  3. > :ils sont là…..( les niktamere.).
    >
    >
    > > > > > > > > > > ¨PRESENTATION »
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Le NIKTAMERE est un animal en voie de disparition dans son pays d’origine, le Maghreb ;
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Là-bas, il meurt de faim car trop paresseux .
    > > > > > > > > > > Bien nourri et logé gratuit sans travailler, il se reproduit rapidement en milieu urbain européen.
    > > > > > > > > > > La femelle peut mettre bas entre 10 à 15 NIKTAMERES dans sa vie.
    > > > > > > > > > > En général ils se regroupent dans des réserves naturelles (banlieues, zones industrielles) et à proximité des distributeurs de billets de banque (CAF, CPAM, ASSEDIC, Services sociaux municipaux, etc..)
    > > > > > >
    > > > > > > > > > > MODE DE VIE
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > Le jeune NIKTAMERE ne sort que la nuit et se déplace généralement par petit troupeaux de 5 ou 6 spécimens appelés « branleurs ».
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Le NIKTAMERE isolé est un animal peureux et craintif. Il fuit devant tout être humain de bonne constitution, toutefois il s’attaque aux femmes seules et aux personnes âgées, ainsi qu’aux enfants à la sortie des écoles.
    > > > > > > > > > > Les plus vieux NIKETAMERES, appelés CHIBANI, s’agglutinent durant la journée aux points de survie (cafés, bars PMU , bancs publics, parcs et marchés, pelouses ) .
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Le NIKTAMERE ne chante pas la Marseillaise: il la siffle. Il se fait enterrer en Afrique mais personne ne sait qui paie. ( A votre avis ?? )
    > > > > > > > > > > Il exige qu’on le respecte mais ne respecte rien , même pas son père ou sa mère !!
    > > > > > > > > > > Il veille jalousement à la virginité de ses sœurs , mais cherche à baiser toutes les filles qu’il croise, d’où conflit de ses valeurs existentielles.
    > > > > > > > > > > Ses occupations favorites sont l’incendie de voitures ainsi que le caillassage des ambulances et des voitures de pompiers et de police.
    > > > > > > > > > > Le NIKTAMERE protège jalousement son territoire où il pratique le « bizness ». Tout intrus en est violemment chassé.. Si les intrus, généralement vêtus de bleu ou de noir, sont trop nombreux , il appelle cela de la provocation et en appelle à Emmanuelle BEART, Josiane BALASKO, Guy BEDOS, aux communistes, aux socialistes ou autres vedettes du showbiz.
    > > > > > > > > > > Le NIKTAMERE est armé d’un couteau qu’il utilise pour égorger les moutons mais pas seulement.
    > > > > > > > > > > Il répond habituellement au nom de Mohamed, Mouloud, Kader, Rachid ou Mourad.
    > > > > > > > > > > Ses cris sont: « Nique ta mère! », « Nique la police! », « Nique la France! »
    > > > > > > > > > > Grégaire, caractériel et indomptable, le NIKETAMERE est aux sociétés policées ce que le zèbre est aux arts équestres.
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > MOYENS DE TRANSPORT
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Le NIKTAMERE voyage en autobus, en métro et en RER (sans ticket).
    > > > > > > > > > > Il frappe violemment tout contrôleur qui ose lui demander son titre de transport.
    > > > > > > > > > > Dés sa tendre enfance, il s’est entraîné à frapper principalement sa maîtresse d’école
    > > > > > > > > > > Pour se déplacer, le NIKTAMERE utilise également les voitures volées, sans permis bien sûr, trop nul , les mobylettes à petit guidon (plus facile pour conduire avec des menottes) et les fourgons de police avec escorte (ceci en tout dernier recours).
    > > > > > > > > > > Il affectionne tout particulièrement les mini-motos à échappement libre qu’il fait vrombir jusque tard dans la nuit sous les fenêtres des travailleurs*sou chiens (*Le souchien – ou sous-chien – désigne, en Sabir, les natifs encore appelés « Français de souche ») . Celui qui travaille et qui, par pitié , par charité ( nous sommes des Chrétiens ) , l’ aide à vivre pour ne pas le laisser mourir de faim .
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > IDENTIFICATION ET MODE DE VIE
    > > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > Le NIKTAMERE est aisément identifiable :
    > > > > > > > > > > 1. Très bon sprinter, le NIKTAMERE peut courir très vite.
    > > > > > > > > > > 2. Très bon magicien : les objets les plus divers sautent dans ses poches lorsqu’il passe devant les étalages, ceci sans même qu’il en prenne conscience. D’où sa surprise lorsqu’il se fait attraper ; « Ji rian fi M’sieu », « Ci pô moi, j’ti jur’».
    > > > > > > > > > > 3. Les pattes avant sont cagneuses ( pas par le travail !! ) . Le teint est mat. La chevelure dense et noire.
    > > > > > > > > > > 4. Il porte des survêtements blancs trop larges et une casquette de base-ball posée de travers.
    > > > > > > > > > > 5. Il parle une sorte de patois, le SABIR.
    > > > > > > > > > > Un peu de compassion devant tant de misère pour le NIKTAMERE, c’est une espèce protégée par diverses associations (MRAP, SOS RACISME, etc..) subventionnées, grâce à notre travail , par l’Etat .
    > > > > > > > > > > Cependant , le NIKTAMERE fait l’objet d’une interdiction de chasse, d’où un risque de prolifération dangereux pour l’équilibre de notre système judéo-chrétien.
    > > > > > > > > > >

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux × = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>