ET DEUX DE PLUS : QUE DE BONNES NOUVELLES !

Chers compatriotes, je porte a votre connaissance deux articles qui ont été certainement « bien relayés » dans la presse et les médias français, puisque le leitmotiv est « surtout ne faisons pas de vagues ».
Au moins Internet permet en ce domaine d’enfoncer le clou et de rappeler aux mémoires un peu défaillantes dans quel beau pays vous avez vécu, vous allez vivre et dans lequel vous risquez de vivre …pour ne pas dire crever.
L’un concerne les emplois fictifs de la mairie de Paris, non pas ceux du non-encore-regretté Chirac, mais ceux mis en place par l’actuel maire qui se nomme Bertrand Delanoë et qui lors de son élection avec des trémolos dans la voix vous avait promis, rappelez- vous, une belle et propre gestion:  » Plus jamais ça «  en référence a celle de son prédécesseur.

Le deuxième évènement est encore plus scandaleux, il est avéré …et étouffé, cela se passe à Orange, belle ville du Vaucluse, jusqu’à présent plus connue pour son théâtre antique et ses chorégies que par sa mosquée subventionnée et son imam proxénète…et français.

Appréciez :

Emplois fictifs de Bertrand Delanoë, une embrouille à la Mairie de Paris ?
janvier 15th, 2012 Jean-Patrick Grumberg .

Pour avoir créé 21 emplois fictifs rémunérés par la mairie de Paris au début des années 90, Jacques Chirac a été déclaré coupable, mi décembre 2011, de « détournement de fonds publics » et « abus de confiance ».

Fin novembre 2010, la revue Capital (1) accusait : « Bertrand Delanoë fait encore mieux !»

Capital : « Voilà neuf ans que ce cachottier salarie avec l’argent du contribuable une bonne trentaine de permanents CGT, planqués dans l’une des mutuelles de la ville, la MCVAP. Dans un rapport au vitriol, l’Inspection générale de la capitale chiffre à 1,2 million par an le coût de ce petit cadeau, consenti «sans aucun fondement juridique» à l’organisation de Bernard Thibault. On peut donc estimer que plus de 10 millions d’euros ont été consacrés depuis 2001 à cette œuvre charitable. Cinq fois plus que les frasques de Jacques Chirac. »

Peu avant, le 13 octobre 2006, la CFTC, la CFDT et l’Unsa, mécontents de ne pas toucher leur part du gâteau, avaient écrit une lettre de protestation au mairie de Paris, parlant « d’emplois fictifs » au seul profit de la CGT.

En 2005, L’inspection générale de la capitale chiffrait déjà à 1,2 million d’euros par an le coût de ces emplois. Le rapport de l’inspection indiquait : « ce genre de mise à disposition s’analyse comme une fiction qui consiste à considérer qu’un fonctionnaire est en activité, occupe un emploi et a droit à la rémunération afférente à son grade, alors qu’il est au service d’un organisme distinct de la collectivité qui l’emploie »

En réaction à l’article de Capital, Bertrand Delanoë annonce le 27 octobre 2010 (2) qu’il dépose plainte pour diffamation contre les propos de Capital qui « portent atteinte à l’honneur et à la considération du maire de Paris et de la Collectivité parisienne. Elle se réserve la possibilité d’agir de même pour toutes les publications qui reprendraient à leur compte de tels propos. »

Le lendemain, Capital, loin d’être impressionné par les menaces du maire de Paris, confirme ses accusations.

Nous sommes plus d’un an après.

- Bernard Delanoë, sauf si l’affaire m’a totalement échappée, n’a pas déposé plainte en diffamation, ce qui laisse supposer que ses conseils lui ont chuchoté que les faits rapportés par Capital sont vrais.

Mais ni les associations parisiennes, ni le parquet, n’ont porté plainte, ce qui laisse supposer l’inverse.

Le groupe UMP fera même cette déclaration alambiquée : « Le groupe UMP, qui concède qu’il « n’y a pas de révélations », demande « plus de transparence de la Ville dans la gestion des ressources humaines ».

La même année, quelques jours plus tôt, la Chambre régionale des comptes dénonçait les irrégularités dans le recrutement des directeurs et une inflation des primes à la mairie de Paris depuis 2001.

Elle relevait qu’en 1991, 162 agents percevaient des primes. En 2009, le nombre était passé à 7200 (mouaaaarffff !), et le montant des primes est passé de 5 millions d’euros à 13 millions entre 2002 et 2009…

La culture du gaspillage est solidement ancrée, à gauche, et la très mauvaise gestion de Sarkozy ne doit pas faire oublier la gestion encore plus catastrophique du PS : entre une dette démesurée et une dette pharaonique, il faudra bien choisir.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.capital.fr/enquêtes/
(2) http://www.paris.fr/accueil/Portal.lut
(3) http://www.capital.fr/a-la-une/actualites
(4) http://lexpansion.lexpress.fr/economie/
Partager :
http://www.dreuz.info/2012/01/emplois-fictifs-de-bertrand-delanoe-une-embrouille-a-la-mairie-de-paris/?share=facebook&nb=1

******************************************************************

L’Imam était un maquereau.

Abdeslam BAHIAD, 54 ans, et ses trois fils, Abdelfagour 24 ans, Omar 31 ans et Niky 33 ans, qui étaient ses hommes de main, ainsi que Drissia une ancienne prostituée âgée de 42 ans et une dizaine de personnes au total ont été arrêtées et écrouées à Orange (Vaucluse). Elles sont accusées de prostitution, proxénétisme aggravé, filière d’immigration clandestine, blanchiment d’argent et probablement de «traite humaine »
Drissia allait recruter au Maroc des jeunes filles de 14 à 25 ans leur promettant des papiers en règles en France et les familles déboursaient jusqu’à 9000 euros pour la promesse d’un avenir meilleur.
Quelques unes ont fait ce long voyage dissimulées dans le coffre de la voiture.
Elles ont été violées, frappées, par les trois fils qui les obligeaient à racoler dans le « Bar de France » appartenant à
BAHIAD et à se prostituer dans les 10 appartements également propriété de BAHIAD qui avec sa famille résidait dans une maison de 300 m2 .
Arrivé en France en 1968, Abdeslam BAHIAD n’avait travaillé que 9 ans comme ouvrier agricole et depuis une vingtaine d’années il avait mis en place ce réseau de prostitution qui lui a rapporté une véritable fortune.
À Orange tout le monde était au courant mais personne n’osait parler par peur de représailles.
Mais je m’aperçois que j’ai omis de vous dire qui était Abdeslam BAHIAD !!
TOUT SIMPLEMENT L’IMAM DE LA MOSQUÉE D’ORANGE
MAIS ÉGALEMENT LE PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION « LUMIÈRE DE DIEU » (subventionnée) QUI GÈRE CETTE MOSQUÉE D’ORANGE . (Source France Soir : 20/01/2011)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une réflexion au sujet de « ET DEUX DE PLUS : QUE DE BONNES NOUVELLES ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 − cinq =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>