Je suis oiseau voyez mes ailes ! je suis souris, vive les rats !

Dans un récent interview paru dans le Guardian quotidien anglais proche du Parti Travailliste, le candidat Francois Hollande a déclaré sans ambiguité : « Aujourd’hui, il n’y a plus de communistes en France… La gauche a été au gouvernement pendant quinze ans, nous avons libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n’y a donc pas de craintes à avoir »
Autant dire que c’est un acte de foi de non socialiste, c’est du national molletisme, la motion chèvre-chou, chauve-souris est de mise.
Alors de qui ce candidat se moque t’il ?,
Des socialistes d’abord, mais surtout de ses éventuels alliés dont l’apport de voix lui est nécessaire a tout prix s’il veut être élu, même estimées a 10% c’est toujours bon a prendre.
Les réactions de ceux ci ne se sont pas fait attendre, par la voix de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti Communiste qualifiant les propos de M. Hollande « de grosses betises » « Ca m’a fait sourire tellement c’était ridicule comme déclaration » car « il n’y a pas de victoire possible sans le PCF et le Front de gauche »et par celle de Jean Luc Mélenchon : « M. Hollande est mal informé, ça lui promet quelques déboires. Je suis le candidat des communistes , et il est mauvais observateur. Il a une attitude hautaine insupportable » .
Francois Hollande, enfin, se moque des français, de ses propres électeurs et de ceux qui risquent d’avoir a le supporter pendant cinq trop longues années.
En effet un tel revirement, à droite toute, devant les londoniens, maîtres incontestés de la finance mondiale, a de quoi étonner, venant de la part d’un politicien qui expliquait il y a peu que son principal adversaire était justement la finance !
Qu’en conclure ? Une fois de plus les promesses n’engagent que ceux qui les font, le seul but étant d’engranger le maximum de voix au premier tour, le 22 avril, sans considérer pour autant que ce choix soit déterminant pour l’avenir du pays.
En poursuivant ce raisonnement, les électeurs potentiels de M. Hollande devraient comprendre que ce dernier n’est pas plus socialiste que ne le sont les milliardaires candidats tels le priapique Strauss-Kahn, l’irresponsable Fabius, l’ambitieux Montebourg ou que ne le fut feu François Mitterrand.
Pour ce qui est des vrais socialistes, il doit bien y en avoir quelques uns, ceux-la seront ils enclins a voter au premier tour pour un candidat « grand écart », et que penser du choix que pourront faire les derniers maoïstes, communistes, trotskystes, léninistes, marxistes etc…
Honte a ce personnage qui ne semble pas être a une forfaiture près, toujours enclin a accuser la droite modérée de chasser sur les terres du FN. Il s’évertue maintenant de vouloir séduire ceux que son dogme gauchiste pouvait rebuter dans un premier temps… Tous à droite ! Finie la gauche pourrie et inconsciente des problèmes du pays ! Évaporé le sectarisme intellectuel destiné à nous culpabiliser ! Dorénavant, c’est la fuite en avant mais a droite toute.
Paradoxalement on pourrait souhaiter que de cette duperie naisse une nouvelle inspiration au sommet de l’état.
Ce sera à celui qui promettra le plus de reconduites à la frontière d’immigrés clandestins ! Celui qui durcira les conditions de vie des étrangers en France, qui refusera la polygamie, le regroupement familial et les aides sociales scandaleuses dont ne profitent que certaines catégories de populations le plus souvent d’origine maghrébine ou d’Afrique, le plus souvent musulmans et thuriféraires d’un mode de vie communautariste ce que réprouvent notre Constitution, nos lois et le désir bien compris de beaucoup de vouloir rester encore un petit peu Français qui risque d’emporter la mise. L’élection du Président se gagnera a droite !
Finis les aller-retour pour trois mois en situation irrégulière pour bénéficier des aides médicales en tout genre offertes par des impôts démentiels versés sans retenue depuis des lustres a des individus qui finiront par ruiner un trop beau pays qu’ils ne respectent en aucune manière, avec la complicité active de tout ce qui compte dans la soi-disant bien pensance, le politiquement correct et la fausse générosité a condition qu’elle vienne des autres.
A ce petit jeu, il n’est nul besoin d’aller rechercher un ectoplasmique candidat socialiste, la juste et nécessaire fermeté ne se décrètent pas, le véritable homme d’état sait devenir féroce si les forces destructrices sont en ordre de marche contre l’état. Un seul quinquennat est trop court pour rattraper les vingt six navrantes années de Mitterrand puis de Chirac, mais au moins la déclaration au Guardian permet de mesurer que M. Hollande se mesure a l’aune de ces présidents, l’un est mort, bel et bien enterré et son cadavre pue encore la duperie, l’autre est gâteux et ne valait pas mieux.

6 réflexions au sujet de « Je suis oiseau voyez mes ailes ! je suis souris, vive les rats ! »

  1. Je j’ai pas lu le guardian, mais je l aurais lu j’aurais pensé : « il vaut mieux lire cela que d »être aveugle. »
    Mais de qui se moque F Hollande. Autant NS est un cynique 5 étoiles, autant FH est ridicule. Après la « Bravitude » de son ex, les détournements de l’histoire par Moudugenou….

  2. Pour la culture de M Hollande :

    Le programme de nationalisations: Le secteur public est déjà omniprésent dans la production de biens et services quand Mitterrand accède au pouvoir. Pas suffisamment cependant au goût de la majorité socialo-communiste qui lance un vaste programme de nationalisation qui s’étaleront entre 1981 et 1982 : 36 banques, deux compagnies financières et une dizaine de groupes industriels passeront ainsi sous le giron de l’Etat français. Cette politique de nationalisation vise à encourager le crédit aux entreprises et à se donner les instruments de politique industrielle. Résultat: le déficit public passe de -0,1% en 1980 à -2,8% en 1982. Et malgré quelques succès (la remise à niveau de Rhône-Poulenc et Pechiney), cette politique montre vite ses limites. Dès son retour au pouvoir en 1986, la droite lance un vaste programme de privatisations (65 groupes sont concernés). A son retour au pouvoir en 1988, Mitterrand lance la politique du « ni-ni » (ni nationalisation ni privatisation). (source http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-tops-et-les-flops-economiques-de-mitterrand_246512.html )

  3. Quelle philippique ! Vous n’avez pas peur de vous faire allumer si jamais M. Hollande était élu ? Ces gens la ont en général la rancune tenace.

    • C’est possible, mais les écrits n’engagent que ceux qui les écrivent et le but de ce blog est de donner a chacun la possibilité de s’exprimer en dehors des medias qui de toutes façons, a moins d’avoir une grande signature, comme celle de Jean d’Ormesson, n’auraient jamais publiés certains textes, notamment celui-ci.
      Et puis c’est également un « défouloir », nous pensons sincèrement que les socialistes mentent et se trompent, alors on ne va quand meme pas leur faire de cadeaux.

  4. Voici une biographie :

    QUI SUIS JE ?

    Mon père était un riche bourgeois ( Médecin ORL, propriétaire de Cliniques ) et il militait à l’extrême droite aux côtés de Maître
    Tixier-Vignancourt et pour l’OAS.
    J’ai passé mon enfance à Bois-Guillaume,ville très résidentielle ( sur
    les hauteurs de Rouen) où habitent les « riches normands ».
    Je fus élève chez les « bourges du privé », que je critique constamment, à « St Jean-Baptiste de la Salle à Rouen ».
    Puis j’ai continué mes études dans la commune des aristocrates et des grands-bourgeois : à NEUILLY où mes parents avaient acheté une superbe propriété.
    Dans les années 70, sortant de l’ENA qui a pourtant coûté très cher,je sens que la droite va perdre et que Mitterrand est sur la pente ascendante, pour assurer mon avenir je choisis alors de rejoindre le PS.

    Je n’ai jamais dirigé une grande ville.
    Je n’ai jamais dirigé une grande région.
    Je n’ai jamais été ministre et j’ajouterai que je ne paye pas d’impôts sur la fortune, ISF !!!! .

    Je ne déjeune pas au Fouquet’s mais je vais dans un endroit encore plus chic où j’ai fêté ma récente victoire aux primaires et où dernièrement j’ai été l’invité d’un assez pauvre, Pierre BERGE (attention les notes sont salées, encore supérieures à celles du FOUQUET’S – Ma cantine , c’est chez LAURENT mais bizarrement, on en parle moins…)

    Alors ? Qui suis-je, au juste ????

    Je m’appelle François HOLLANDE

    Allez-vous voter pour moi ?

    Je n’ai pas de véritable programme mais je parle bien.
    J’envisage d’augmenter de 45 milliards d’euros les impôts et taxes en tout genre car c’est plus facile que de diminuer le nombre de fonctionnaires, je souhaite d’ailleurs en embaucher 65.000 … Ce qui coûtera 100 milliards à la FRANCE !!!

    Vive la France et les vaches à lait de contribuables que vous êtes !..
    Je n’aime pas les riches qui gagnent plus de 4000 euros par mois mais j’en gagne 7,5 fois plus avec mes 30.387 € par mois !!!
    Donc plus que le Président de la République que j’accuse d’être proche des riches …

  5. Suite a un article paru dans l’économiste, concernant l’inquiétude que suscite la situation de la France (note de Tirésias)
    Oui, ce journal à raison d’être inquiet. En effet, la France est difficile à réformer, tant que ces fonctionnaires constitueront les effectifs des syndicats de gauche prêts à bloquer le pays pour sauver leurs avantages acquis d’un autre temps.
    Il faut avoir le courage de réduite sur un mandat de 5 % de PIB le coût du fonctionnement de l’état en espérant que le successeur ( puisque SARKOZI serait à son 2ème et dernier mandat) poursuivra pour se rapprocher de l’ALLEMAGNE.
    Pour ne pas prendre comme seul exemple l’ALLEMAGNE, regardons ce que le CANADA a su faire en si peu de temps alors qu’il était au pied du mur dans les années 90 ( ministre des finances MARTIN).
    Courage, les politiques, commencez par supprimer vos propres avantages indus, ( 5 ans de garantie de salaire en cas de non réélection, imposition de la totalité des montants reçus, sous déduction des charges réelles supportées, secrétariat, attaché parlementaire) Bref, comme tout le monde.
    Supprimez tous ces avantages particuliers à certaines professions.
    Que croyez vous, que tous les salariés du privés, les paysans,les artisans, tous ceux qui triment pour s’en sortir et voient que d’autres, malins, profitent de toutes les aides sociales, santé gratuite, des retraites minimum, des aides de tous bords, puissent avoir confiance dans notre système.
    Nos énarques, mettent en permanence des rustines sur un système qui a besoin d’être totalement revisité de fond en comble.
    REDUISONS le nombre d’élus en le divisant par 4 au moins, faites des communautés de communes, des régions, des administrations spécialisées, accessibles depuis sa mairie, via internet, en conf call, etc.
    les services des différentes administrations ont fait des efforts considérables pour être accessibles via le net, ce n’est pas assez exploité; et surtout il devrait s’en suivre une forte réduction des postes de petits fonctionnaires qui ne savent souvent plus à quoi occuper leur temps.
    je dois faire part de la grande qualité de la mise en ligne des services des impôts, ou presque tout est gérable en ligne. Alors, il faut reconvertir les agents vers des contrôles plus efficaces pour recouvrer les dizaines de milliards qui échappent encore au fisc. ( il faut boucher nos déficits)

    Je pourrais, en observateur avisé ( non énarque) de l’économie de notre pays, en écrire des pages. cela ne sert à rien.
    Notre système d’éléctions à répétition par exemple est une hérésie. Faisons comme au US, élisons tout le monde en une seule fois pour 5 ans, maire, député, conseil général, président. Imaginez les économies.

    Alors, prenons soin de ne pas mettre à l’Elysée, un président qui veuille encore augmenter les dépenses de l’état mais au contraire quelqu’un qui veut les baisser, sinon, vous deviendrez bientôt des pauvres qui feront bien rire les chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 5 = six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>