Ni Père Ni Mère.

Par : Alexandre Goldfarb pour Observatoire du Mensonge

Ce qui commence dans le mal s’affermit par le mal.
(SHAKESPEARE, Macbeth III, 2)

Le but de la loi scélérate des socialistes qui consiste à autoriser les mariages entre personnes du même sexe est un but politique et vise à casser notre société.
Comment peut-on être pour un mariage dont le seul but est de détruire la famille ?
D’un mariage qui n’a pas lieu d’être car contre nature.
D’ailleurs la plupart des homos sont tout à fait contre.
C’est quoi cette société du veau d’or où tout doit être saccagé, détruit, ruiné au nom d’une prétendue égalité qui n’existe pas et n’existera jamais ?
Cette société qui s’auto détruit est ringarde et vit dans le passé, elle a élu un Président dont le dogme est celui professé par Proudhon éminent doctrinaire raciste et socialiste en 1848 !
Si c’est cela le modèle social alors je suis absolument CONTRE à 100% et si c’est être ceci ou cela que de le proclamer, j’assume.
C’est aussi pourquoi j’ai créé mon site qui s’oppose complètement à cette gauche pourrie et passéiste qui ne donnera aucun avenir à nos enfants.
Ce n’est pas parce que les médias, tous à gauche et serviles, font cette propagande insultante envers notre intelligence que nous devons tout accepter.
Il y va du futur et de l’existence même de notre civilisation.
Mettre le doigt dans cet engrenage, c’est mourir déjà.
Nous sommes réellement devenus fous.
Les questions à poser sont simples :
- à quoi sert un tel mariage de personnes du même sexe ? Alors qu’existe déjà le PACS.
- Quel est le but réel des politiques en prônant cette loi ?
- Quel est l’avenir d’une société qui renonce ainsi à tous ses fondamentaux ?
Trois questions et une seule réponse : A RIEN sinon à détruire.
Maintenant quand j’entends le ministre de l’Education, Vincent Peillon, s’en prendre de manière ignoble à l’enseignement privé catholique, je suis outré.
Il a publié son infamie évidemment dans le journal l’IM-MONDE.
Je suis outré des accusations infondées et préjudiciables faîtes par un ministre qui en substance accuse cet enseignement d’être homophobe. N’a-t-il pas osé dire qu’il y avait plus de suicides dans les écoles privées catholiques qu’ailleurs. C’est insupportable autant que faux.
Là encore j’aurais aimé entendre l’opposition qui comme toujours est silencieuse.
Car une telle affirmation qui ne repose sur rien est diffamatoire. C’est encore et toujours le même procédé de la désinformation chère à Staline et à Hitler.
Mais le ministre ajoute aussi à l’indigne en déclarant que cet enseignement, l’école privée catholique, « ne saurait déroger au strict respect des individus ». Cela est encore totalement faux car au contraire si un enseignement accorde une valeur importante à l’individu c’est bien l’enseignement privé catholique ! C’est même sa principale force. Troisième point soulevé par ce ministre : l’enseignement privé empêche le débat en son sein. Archi-faux et tous les anciens élèves peuvent en témoigner d’autant que leurs professeurs, ne l’oublions pas, sont nommés par l’Etat…
C’est donc un procès d’intention, la spécialité des socialistes, que fait un ministre en exercice et cela le déconsidère complétement de facto.

Pendant ce temps un autre ministre, en plus Porte-parole du Gouvernement du Sombre Ayrault, Najat Vallaud-Belkacem, fait la propagande dans nos écoles pour l’homosexualité. Là encore personne ne semble s’en offusquer et l’opposition encore une fois est silencieuse alors qu’il s’agit d’un véritable scandale qui fait honte à la France.

L’UMP est elle aussi bizarre dans cette affaire de destruction de la famille car elle appelle à une « alliance civile ». Si je comprends bien c’est un simple travestissement des mots pour accepter l’inacceptable. Et ce n’est pas être homophobe que de tenir à la famille… Je le proclame haut et fort!

L’UMP est devenu un parti de gauche classique, on peut dire qu’il y a la gauche extrême avec Mélenchon, la gauche bien rouge avec les verts et désormais la gauche bleue avec l’UMP.

Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée, a annoncé qu’ils allaient déposer dès mardi 8 janvier 2013 au soir un amendement à ce projet de loi, proposant une « alliance civile »ouverte aux couples homosexuels.
Encore une parabole pour céder comme toujours et faire ce que la gauche dicte. C’est vraiment honteux et indigne. Il n’y a plus d’opposition en France.
A la mi-novembre, le député UMP Daniel Fasquelle avait déjà déposé une proposition de loi prônant une« alliance civile », une idée ensuite défendue par ses collègues Nathalie Kosciusko-Morizet et Axel Poniatowski notamment.
« PARTISANS D’UN CONTRAT PROTECTEUR POUR LES HOMOSEXUELS »
L’alliance civile « répondrait aux attentes majeures des partisans d’un contrat protecteur pour les homosexuels », estime M. Jacob : « la solennité d’une cérémonie devant un officier d’état civil en mairie » ;« l’obligation de fidélité, d’assistance et de secours entre les alliés » et « la sécurité juridique lors de la dissolution avec la possibilité pour le juge d’attribuer une prestation compensatoire ». (CF Le Monde).

le PACS on le jette alors ?

Quant à Marine Le Pen, son attitude étrange sur ce mariage contre nature, a de quoi surprendre même ses fidèles et zélés partisans. Sa discrétion alors qu’il s’agit d’un vrai combat qui nous concerne toutes et tous est vraiment suspecte. C’est vrai qu’elle ne peut à la fois soutenir Assad en Syrie (voir son interview sur 20 MINUTES ici du 8 janvier 2013) et s’occuper de la famille française…

C’est incroyable de constater ces silences alors qu’il s’agit d’un changement de société.

Nous sommes à la recherche de la droite disparue…

La désinformation permanente et soutenue que les socialistes nous infligent est possible parce que l’opposition ne s’oppose pas.

Alors c’est à nous de le faire sans relâche et sans faiblesse.

Sinon notre pays partira en lambeaux.

C’est une honte et une insulte. Arrêtons de subir. Dressons-nous face à ces pantins, ces snobs qui nous prennent de haut et qui nous méprisent.
Notre combat est noble et il mérite que nous sortions de nos petites habitudes.

NE RIEN FAIRE, C’EST LAISSER FAIRE !

Avec la gauche on n’aura plus rien.

La vérité est une délicieuse plante qui ne pousse pas toujours comme on voudrait.

Ce combat est celui de notre futur pour nos enfants !

Il mérite que nous en soyons dignes.

Alexandre Goldfarb pour http://www.observatoiredumensonge.wordpress.com

Articles parus dans l’Observatoire du Mensonge
Ni Père, ni Mère
L’UMP vote a gauche

10 réflexions au sujet de « Ni Père Ni Mère. »

  1. J’aimerai porter a votre attention cette réflexion du philosophe et écrivain Bertrand VERGELY :

    Le mariage gay ou la dictature de la confusion.

    La question du mariage gay appelle dix remarques.

    I) Il importe d’abord de distinguer la question de l’homosexualité de celle du mariage gay.
    L’homosexualité appartient à la sphère privée et renvoie à une histoire singulière. C’est ainsi, il y a des personnes dans la société dont la manière d’aimer consiste à aimer une personne du même sexe.
    Pourquoi en est-il ainsi ? Nous n’en savons rien et nous ne le saurons sans doute jamais, tant il y a de raisons possibles à cela. Toujours est-il qu’il s’agit là d’une réalité que la société se doit de respecter en offrant aux couples homosexuels une protection de leur vie privée au même titre que celle dont peut
    jouir chaque citoyen.

    II) Le mariage gay relève en revanche d’une question qui regarde tout le monde, celui-ci étant appelé à bouleverser de manière irréversible la norme en vigueur en établissant une nouvelle norme en matière de famille, de filiation et de transmission, s’il vient à être adopté.

    III) À l’origine, le mariage est une donnée naturelle. C’est ainsi, pour faire naître la vie un homme et une femme s’unissent et procréent un enfant. En établissant le mariage comme institution, la société a donné un cadre juridique à cette donnée naturelle afin de la protéger.

    IV) Il s’avère qu’aujourd’hui le mariage, la filiation et la transmission ont changé de sens. La procréation n’est plus l’unique sens du mariage, le mariage-sentiment ayant tendance à l’emporter sur le mariage-procréation. De même, l’enfant n’a plus pour unique sens d’être le fruit de l’union d’un couple, le désir d’enfant introduisant des demandes d’enfants de la part de personnes seules ou des
    demandes d’adoption ou de procréation assistée de la part de couples stériles.

    V) La question qui se pose dès lors et qui concerne tous les couples, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels, est celle de savoir si le sentiment doit devenir l’unique sens du mariage et si le désir d’enfant d’où qu’il vienne doit devenir la raison d’être de ce dernier. Elle est également le fait de savoir si ce qui se fait doit devenir la norme de ce qui est.
    Si tel est le cas, il faut savoir que rien ne va pouvoir s’opposer formellement à ce qu’on lève désormais l’interdit de l’inceste au nom du droit de s’aimer pour tous. Le sentiment en dehors de toute donnée naturelle devenant la norme, au nom de l’amour un père pourra réclamer d’épouser sa fille voire son fils, une mère son fils voire sa fille, une sœur son frère ou sa sœur, un frère sa sœur ou son frère.

    Si tel est le cas, tout étant noyé dans l’amour érigé en droit au-dessus de toute réalité, plus personne ne sachant qui est qui, il y aura fatalement une crise d’identité et avec elle un problème psychique majeur. Les tendances psychotiques générées par l’individualisme hédoniste pour qui le réel
    n’existe pas et ne doit pas exister vont se renforcer.
    Un père étant aussi un amant et une mère une amante, il va devenir impossible de parler de père et de mère et donc de savoir qui a autorité pour élever des enfants. En ce sens, la famille va littéralement exploser.

    Enfin, l’interdit de l’inceste étant levé, c’est le sens même du devenir de l’être humain qui va être atteint, le sens de cet interdit étant de rappeler aux êtres humains qu’ils sont faits pour devenir, en épousant, non seulement un autre hors de sa famille mais aussi de son sexe et non pour demeurer dans la même famille et le même sexe.

    En ce sens, le législateur qui va devoir se prononcer sur le mariage homosexuel a de lourdes responsabilités. S’il décide de faire du mariage une affaire de droit et de sentiment en dehors de toute donnée naturelle, il introduira dans la cité la ruine possible de l’identité psychique, de la famille ainsi que du devenir symbolique de l’être humain.

    VI) Au-delà de cette question qui concerne tout le monde, les hétérosexuels comme les homosexuels, la question du mariage gay pose un certain nombre de questions qu’il importe d’examiner avec attention, la principale d’entre elle étant celle du même. Au nom de l’égalité et du refus d’établir des discriminations, est-il possible d’établir une équivalence entre tous les couples ? Trois éléments s’y
    opposent.

    VII)
    En premier lieu, pour une simple question de réalité et de donnée objective, on ne peut pas mettre sur le même plan hétérosexualité et homosexualité, un homme et une femme n’étant pas la même chose que deux hommes et deux femmes. Les couples hétérosexuels ne sont pas des couples homosexuels ni les couples homosexuels des couples hétérosexuels. Établir une équivalence entre les
    deux revient à nier la réalité en opérant une grave confusion entre genre et pratique.

    Avant d’être une pratique, l’hétérosexualité est un genre et pas une pratique, alors que l’homosexualité est une pratique et non un genre. La preuve : pour être homosexuel, il faut d’abord être homme ou femme. Si demain, au nom de l’égalité, tout est mis sur le même plan, la pratique particulière dictant ses lois au genre, un processus dangereux va s’engager à savoir celui de la disparition à plus ou moins long terme de la différence sexuée. On va alors assister à un effet
    dictatorial. Pour que les homosexuels puissent exercer leur droit à l’égalité, l’humanité va être interdite de faire une différence entre homme et femme, voir dans l’hétérosexualité un fondement et non une pratique étant considéré comme une pratique discriminatoire. Une nouvelle humanité va voir alors le jour. Nous vivions jusqu’à présent dans un monde marqué par la différence. Nous allons connaître un monde nouveau fondé sur l’indifférenciation. Quand on sait que la différence est le propre du vivant et l’indifférencié le propre de la mort, un principe de mort va désormais servir de principe pour guider l’humanité.

    VIII) La difficulté soulevée par l’équivalence décrétée entre tous les couples se retrouve au niveau des enfants. Comme il semble qu’on l’ait oublié, il importe de rappeler qu’un couple homosexuel ne peut pas avoir d’enfants. On peut le déplorer, mais c’est ainsi, deux hommes et deux femmes ne peuvent pas procréer. Ceci veut dire que, pour qu’il y ait procréation l’homme a besoin de la femme et la femme de l’homme.

    Les homosexuels réclament de pouvoir avoir un enfant. Ils se fondent pour cela sur le droit qui est accordé aux couples hétérosexuels d’adopter ou de procéder à une procréation médicalement assistée. Ils oublient ou font semblant d’oublier que ce n’est pas le droit qui les empêche d’avoir un enfant mais la Nature.

    Certes, un couple hétérosexuel peut adopter ou passer par la procréation assistée afin d’avoir un enfant. Il importe de souligner toutefois qu’un enfant adopté par un couple hétérosexuel n’a pas et n’aura jamais le même sens qu’un enfant adopté par un couple homosexuel. Lorsqu’un couple hétérosexuel adopte un enfant, il le fait pour pallier un problème de stérilité. Lorsqu’un couple homosexuel veut adopter un enfant, il le fait pour contourner une impossibilité. Le registre symbolique n’est pas le même, vouloir contourner une impossibilité à l’aide d’une loi nous situant dans le domaine de la fiction prométhéenne et non plus dans celui de la réalité humaine.

    Jusqu’à présent, la rationalité de la société repose sur la notion de limite et avec elle sur l’idée que tout n’est pas possible. Tout ne se décrète pas. Tout ne se fabrique pas. Limite positive autant que protectrice, l’idée que tout ne se décrète pas nous préservant de la dictature du Droit et l’idée que tout ne se fabrique pas nous préservant de la dictature de la Science. Avec le mariage gay et l’ouverture
    à la possibilité pour couples gays de recourir à l’adoption ainsi qu’à la procréation médicalement assistée, il va en être autrement. L’idée que rien n’est impossible va voir le jour en enterrant la notion de limite. Voyant le jour, plus rien ne va nous protéger de la dictature du Droit et de l’idée que tout peut se décréter. Plus rien ne va nous protéger de la dictature de la Science et de l’idée que tout peut
    se fabriquer. On obéissait a la Nature qui, comme le dit Montaigne, est « un doux guide ». Nous allons désormais obéir à la Science et au Droit. La Nature évitait que l’Homme n’obéisse à l’Homme.
    Désormais, l’Homme va obéir à l’Homme sans que l’Homme n’obéisse à quoi que ce soit.
    Dostoïevski au 19e siècle comme Léo Strauss au 20e siècle voyaient dans le « Tout est possible » l’essence du nihilisme. Ils redoutaient comme Nietzsche que celui-ci n’envahisse l’Europe en ne se faisant aucune illusion cependant à ce sujet. Avec le mariage gay, l’adoption et la procréation assistée pour couples gays, le « Tout est possible » va devenir une réalité et, avec lui, le nihilisme sous la forme du triomphe sans partage de la Science, du Droit et de l’Homme.

    IX)
    Dans le même ordre d’idées, il importe de distinguer un enfant que l’on fait d’un enfant que l’on fait faire. Quand un couple fait un enfant, l’enfant est une personne. Le fait de faire un enfant se passant entre des personnes qui s’aiment et pour qui l’enfant n’est pas une marchandise ni l’objet d’un trafic. Quand on fait faire un enfant par un tiers, l’enfant n’est plus une personne, mais un objet voire
    une marchandise dans un trafic. Témoin le fait de louer le ventre d’une mère porteuse ou les services d’un géniteur.

    Lionel Jospin faisait remarquer qu’il n’y a pas un droit à l’enfant, mais un droit de l’enfant.
    Si le mariage gay avec procréation assistée est adopté, le droit de l’enfant va être sacrifié au profit du droit à l’enfant. Sous prétexte de donner un droit à l’enfant aux homosexuels, l’enfant considéré comme objet n’aura plus droit symboliquement au statut de personne. Alors que le monde des droits de l’homme s’efforce de lutter contre la réification de ce dernier, au nom du droit à l’enfant, on va
    réifier ce dernier.
    Il va y avoir en outre des questions pratiques à gérer. D’abord le coût. Pour qu’un couple d’hommes puisse avoir un enfant, il va falloir louer le ventre d’une mère porteuse. Ce qui n’est pas donné, le prix moyen se situant entre 80.000 et 100.000 euros. Comme les couples gays vont réclamer que la facture soit réglée par la Sécurité Sociale au nom du droit à l’enfant pour tous et de l’égalité,
    comment celle-ci va-t-elle faire pour faire face à cet afflux de dépenses au moment où son déficit se creuse ? Qui va payer et comment ?

    Par ailleurs, l’État prenant en charge les mères porteuses, il va falloir aller chercher celles- ci ou bien créer un service spécial. L’État se refuse à devenir un État proxénète en autorisant et en organisant le trafic du sexe de la femme. Pour que la procréation médicalement assistée puisse exister, il va falloir qu’il devienne quelque peu trafiquant et qu’il organise le trafic des ventres. Ce qui ne va
    pas être une mince affaire. Quand un couple ne sera pas content du bébé d’une mère porteuse et qu’il décidera de le rendre, que va-t-on faire ? Obliger le couple à garder l’enfant ? En faire un orphelin ?
    Payer la mère porteuse pour qu’elle le garde ? Et qui payera le psychiatre qui devra soigner l’enfant ainsi ballotté et quelque peu perturbé ?

    X)
    Ce problème rencontré dans le fait de faire faire un enfant va se retrouver avec celui de l’éduquer. Une chose est d’avoir un père et une mère, une autre d’avoir deux pères et deux mères.
    Obliger un enfant à naître et à grandir dans un couple homosexuel va se confondre avec le fait d’interdire à un enfant de savoir ce qu’est le fait d’avoir un père et une mère. A-t-on le droit d’enlever ce droit à un enfant ? Si tel est le cas, cela voudra dire que pour que les homosexuels aient droit à l’égalité les enfants des couples homosexuels seront condamnés à ne pas être des enfants comme les autres.
    Certes, les orphelins n’ont pas leur père ou leur mère. Mais, il s’agit là d’un accident et non d’une décision. Avec le droit pour couples gays d’avoir un enfant, les orphelins ne seront pas le produit d’un accident de la vie mais d’une institutionnalisation délibérée. Ils seront obligés par la société de n’avoir
    soit pas de père, soit pas de mère.
    À cette situation qui ne manquera pas de produire à un moment ou à un autre des mouvements de révolte s’adjoindra une autre difficulté. L’enfant de couples gays n’aura pas droit à une origine réelle, mais à une origine absente. À la case père ou mère il y aura un blanc. Ce qui n’est pas simple à porter.
    Qu’on le veuille ou non, l’enfant ne pourra pas ne pas se sentir coupable, la propension naturelle des enfants étant de se culpabiliser quand l’équilibre familial n’est plus respecté.

    En conclusion, les partisans du mariage gay, de l’adoption et de la procréation médicalement assistée pour couples gays rêvent quand ils voient dans ce projet un progrès démocratique sans précédent. Ils croient que tout va bien se passer. Cela ne va pas bien se passer. Cela ne peut pas bien se passer pour la bonne raison que tout a un prix.

    Ne croyons pas que l’on va remettre la différence sexuée en voyant en elle une pratique parmi d’autres sans que cela ait des conséquences. N’imaginons pas que des enfants fabriqués, à qui l’on aura volé leur origine, seront sans réactions. Ne pensons pas que la disparition des notions de père et de mère au
    profit de termes comme parent 1 ou parent 2 permettront l’existence d’une humanité plus équilibrée et mieux dans sa peau.

    On prétend résoudre des problèmes par ce projet de loi. On ne va pas en résoudre. On va en créer.
    Le 20e siècle a connu la tragédie du totalitarisme et notamment du projet insensé de créer un homme nouveau à travers une race ou une classe. Ne cédons pas à la tentation de fabriquer un homme nouveau grâce à la Science et au Droit. Tout ne se décrète pas. Tout ne s’invente pas. Il existe des données naturelles de la famille. N’y touchons pas. Ne jouons pas avec le feu. Ne jouons pas à être
    des apprentis sorciers. Le Tao voit dans la complémentarité entre le féminin et le masculin une loi d’équilibre dynamique fondamentale de l’univers. Ne touchons pas à cette loi d’équilibre.

    Nous avons tous des amis homosexuels que nous respectons, que nous estimons et que nous aimons.
    Qu’ils soient d’une profonde moralité, nous n’en doutons pas. Qu’ils soient capables d’élever un enfant, nous n’en doutons pas non plus. Qu’un enfant puisse être plus heureux dans un couple homosexuel que dans certains couples hétérosexuels, nous n’en doutons pas une fois encore. Que cela
    soit une raison pour légaliser le mariage gay et permettre l’adoption ou la procréation médicalement assistée pour couples gays, c’est là une erreur.

    Une chose est une loi, une autre est un cas particulier. On ne fait pas une loi avec des cas particuliers, mais à partir d’une règle tenant compte de tout ce qu’il y a derrière. S’agissant du mariage gay avec adoption et procréation médicalement assistée, il y a derrière une telle règle trop de choses dangereuses et graves pour que celle-ci puisse devenir une loi allant dans le sens des intérêts fondamentaux de l’être humain.

    La Gauche a le pouvoir à l’assemblée et peut décider de passer en force grâce au nombre de ses voix et ce afin de paraître de gauche. Elle peut choisir de préférer la Gauche à l’être humain. Elle s’honorera de choisir l’être humain plutôt que la Gauche, sachant qu’en servant l’être humain elle est sûre de servir ses propres intérêts alors que l’inverse n’est pas sûr. Tant il est vrai que l’on n’a jamais intérêt à scandaliser l’honnête homme en l’obligeant à devoir se soumettre par la contrainte à ce que sa raison répugne à accepter par respect pour la raison.

    Le mariage gay qui nous propose une grande noyade collective dans l’amour n’est pas raisonnable.
    La mise en question de la distinction entre homme femme ravalée au rang de pratique sexuelle n’est pas raisonnable. Vouloir avoir un enfant à tout prix en recourant soit à l’adoption, soit à un père donateur, soit à une mère porteuse n’est pas raisonnable. Ne plus parler de père et de mère mais de deux pères ou de deux mères n’est pas raisonnable. En un mot, bidouiller une famille grâce à un
    montage juridico-médical et appeler cela famille n’est pas raisonnable.
    Les mots ont du sens quand ils renvoient à une réalité. Quand ils ne sont plus que ce que l’on décide qu’ils doivent être, on n’est plus dans le domaine du sens, mais de la confusion. Le règne de la confusion, sa dictature et avec elle la confusion des esprits et des comportements, n’est-ce pas ce dont nous souffrons déjà et qui risque de nous engloutir ? Est-il besoin d’en rajouter ?

    Bertrand VERGELY.
    Ancien normalien et agrégé de philosophie, Bertrand Vergely enseigne à Sciences po à Paris et à l’institut de théologie orthodoxe de Saint-Serge. Il est l’auteur d’une trentaine d’essais et de livres dont plusieurs ouvrages de vulgarisation.

    • Merci pour ce texte que j’ai trouvé tres intéressant et important car il apporte une véritable réflexion pour cerner la complexité du sujet. J’ose espérer qu’il sera lu par le plus grand nombre.

    • Des amis m’avaient fait passer ce texte et je suis heureux de voir que vous le relayez.
      Comment peut on accepter de défendre un pareil projet de loi alors que l’on veut apaiser les esprits, comment souscrire meme si c’est une boutade a l’atroce formule de Monsieur Pierre Bergé :  » Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler a l’usine, quelle différence ? ».

  2. Je suis tout à fait d’accord avec vous ! Je suis très déçue de l’attitude de l’opposition. Pour moi elle est inexistante et c’est grave vu tout ce qui se passe ! J’ai pris la carte UMP depuis la campagne présidentielle car j’étais outrée des agissements des socialistes. Je suis tellement déçue que j’aimerais qu’un nouveau parti apparaisse apolitique s’il le faut mais avec des vrais résistants et des gens courageux !
    Je vais à la manif dimanche. Pour moi c’est une démarche de bon sens car une sociéte se doit de défendre et de protéger ses enfants sinon elle est en perdition !
    Merci pour votre article, je vais le faire circuler au plus grand nombre.

  3. Ce texte correspond exactement à ce que je pense de ce problème qui n’en est pas un sauf pour ces cons de bobo-socialos qui se sentent obligés de respecter une promesse électorale à la con de l’imbécile sans c……
    Je connais également un tas d’homos qui n’en ont rien à b….. de tout ça et c’est tant mieux, il y a des problèmes infiniment plus urgents et cruciaux à régler dans ce pays pourri…

    • Pour répondre a votre commentaire et vous faire partager l’opinion d’homos qui effectivement comme vous me l’écrivez n’en ont rien a b…., je vous livre cette lettre ouverte :

      Par Jean-Pier Delaume-Myard
      Auteur de documentaires
      LE PLUS. Mariage pour tous, mariage gay, mariage homosexuel… Dans le débat actuel, les termes semblent interchangeables. Pas du tout, réplique Jean-Pier Delaume-Myard, auteur de plusieurs documentaires pour la télévision. Lui se définit comme homosexuel, et non gay. Explications.

      Mariage pour tous ? Mariage homo ? Mariage gay ? Pas de mariage ?

      Je suis homosexuel. Je ne suis pas gay. Je n’ai pas fait le choix de mon orientation sexuelle. Je ne vais pas rentrer ici dans le débat entre sexualité innée et sexualité acquise. Je ne suis pas plus fier d’être homosexuel qu’un hétérosexuel doit l’être.

      Je n’ai aucune raison particulière de revendiquer ma sexualité, pas plus au mois de novembre qu’au mois de juin sur des chars en train de me dandiner à moitié à poil. Merci au passage pour l’image que cela renvoie des homosexuels lorsqu’on n’habite pas la capitale ou une grande ville.

      Je ne vis pas dans ou pour une communauté

      Le gay se réclame d’une culture, d’un mode de vie. Il a besoin que son charcutier, son boulanger, son marchand de journaux soit gay. Il veut vivre avec d’autres gays… En tant qu’homosexuel, c’est-à-dire en tant qu’individu appartenant à part entière à une nation, que cela soit à Paris ou en province, j’ai toujours fait le choix de me loger sans me préoccuper de l’orientation sexuelle de mes voisins.

      Je suis auteur. J’ai à mon actif plus d’une quarantaine de documentaires pour la télévision. Certains ont même obtenu des prix internationaux et nationaux. Je suis également auteur de contes ou d’ouvrages à caractère technique. Jamais il ne me viendrait à l’idée de faire du prosélytisme, d’écrire à l’attention d’une communauté. Je le fais comme n’importe quel autre auteur qu’il soit homo, hétéro, bi, ou que sais-je encore… ce n’est pas avec mon sexe que j’écris, mais avec mon cerveau.

      En novembre 1998, j’ai été le lauréat d’un concours national contre l’homophobie. J’ai écrit un synopsis sur la déportation des homosexuels pendant la Seconde Guerre mondiale. Je l’ai pensé non pas uniquement parce que j’étais homosexuel, mais parce que cela fait partie de l’Histoire au même titre que la déportation des juifs, des tziganes, des témoins de Jéhovah, des francs-maçons, etc… Alors que j’avais signé un contrat avec plusieurs grandes sociétés de production, ce film n’a jamais vu le jour, car on a voulu détourner mon intention en acte militant.

      Battons-nous pour la santé, la retraite… pas pour le mariage

      L’ordre du jour est au mariage pour tous. Nombreux sont les homosexuels qui n’ont aucune envie de se marier. Les auteurs et intellectuels homosexuels du XIXe siècle doivent d’ailleurs se retourner dans leur tombe, tant ils rejetaient cette idée bourgeoise.

      Alors pour qui fait-on cette loi ? Pour les homosexuels ou pour les quelques centaines de gays qui vivent dans le Marais ? Et encore, combien dans ce quartier de Paris vont-ils faire ce choix ? On nous rebat les oreilles que dans la plupart des pays européens, le mariage gay est institué… En moyenne, si l’on prend l’exemple de la Belgique, seuls 2,5% des mariages célébrés sont des unions homosexuelles. Pour la France, le chiffre de 2.500 mariages homosexuels chaque année, soit 1% des mariages célébrés, est avancé. Il est plus urgent de se battre pour les mêmes droits en matière de santé, de retraites, d’avantages sociaux, etc… Pour cela, il existe d’ailleurs des textes, des conventions collectives d’entreprises. Allons plus loin, là d’accord !

      Adopter un enfant ? Regardons les choses en face

      Parmi les homosexuels, je me considère comme une personne sérieuse, c’est-à-dire qui a toujours fait le choix de vivre en couple. Je vais bientôt avoir 50 ans. Si à l’âge de 25 ans j’avais pris l’option d’avoir un enfant, celui-ci aurait, à l’heure actuelle, une dizaine de « beaux-papas ». On me rétorquera que pour les couples hétérosexuels, il en est de même. Cela est faux. Dans la même période, en moyenne, une femme ne se sera peut-être remise en couple que deux ou trois fois maximum.

      En outre, les couples hétérosexuels ont déjà bien du mal à pouvoir adopter un enfant. Il existe très peu de pupilles de la nation qui le soient. Ces couples doivent alors se diriger la plupart du temps vers des pays d’Afrique ou d’Amérique latine. Il est peut-être utile de rappeler que dans ces pays, les conventions rejettent toute adoption par des parents de même sexe. Alors je repose la question : à qui est destiné ce mariage pour tous ? L’homosexuel a déjà bien du mal à se faire accepter à la campagne ou dans les petites villes, alors un enfant de parents de même sexe…

      Se pose la question bien évidemment de la signification du mot famille. Je suis chrétien, pas de l’UMP, pas de droite non plus, pas plus d’ailleurs que de gauche ou d’un extrême quelconque… Je pense uniquement ici à l’intérêt de l’enfant. Bien sûr qu’un couple de même sexe peut apporter autant de bonheur qu’un couple hétérosexuel. Et après ? Cela sera quoi, les repères pour cet enfant, sa filiation… Son non-rapport à la mère ou au père… il y a aussi les grands-parents… ils jouent un rôle considérable dans l’éducation, on l’oublie un peu trop souvent… En aura-t-il seulement ? Les homosexuels sont souvent rejetés de leur propre famille (ce n’est pas mon cas). D’ailleurs, les associations gay le savent bien, puisqu’elles se battent contre cela… Réserve-t-on à ces enfants le même sort que les enfants nés sous X et qui, toute leur vie, partent à la recherche de leurs racines ?

      Et puisqu’on parle de racines, nombreux sont ceux qui souhaitent connaître leurs ancêtres, les métiers qu’ils ont effectués, les lieux qu’ils ont habités… la généalogie est en plein essor. À quoi ressemblera l’arbre des enfants de parents de même sexe ?

      Le mariage pour tous est une loi pour les gays et non pour les homosexuels. Ne nous y trompons pas.

  4. Tout à fait d’accord : les partis politiques sont corrompus par la démocratie. Le gouverneur de Californie, Schwarzy, l’a dit : en démocratie, tu ne peux rien faire !
    Le salue de la France doit donc venir du peuple. D’un soulèvement populaire…
    D’une révolution quoi… ou plutôt une contre-révolution.
    Mais qui dirgera quand ces gigolos auront dégagé de la scène politique ?
    Quelle personnalité est assez charismatique pour prendre les rennes de la France ?
    L’armée dans un 1er temps ? pour établir une monarchie parlementaire (mais avec un pouvoir plus fort qu’en GB ou qu’au Luxembourg ou en Belgique !) ?
    Renverser, c’est bien. Organiser la suite, c’est mieux.
    Mais pour l’instant, nous allons être très nombreux dans ce bras de fer à Paris ce dimanche 13/01/13. Bras de fer qui sera un vrai bras d’honneur au gouvernement qui a été mis en place … sur un malentendu.

  5. C’EST TRES FACILE ET JE COMPTE SUR VOUS POUR RELAYER CE MESSAGE :

    Dimanche, le Collectif des Maires pour l’Enfance a rejoint la Manif pour
    Tous : c’est une excellente nouvelle.
    Les Maires pour l’enfance proposent une action simple et très utile de
    mobilisation des maires de France :

    Un module permet en trois clics d’adresser un mail à son maire, l’invitant
    à signer l’Appel des maires et rejoindre les Français dans la rue le 13
    janvier (Lien : http://ecrire.mairespourlenfance.fr/ecrire.php )
    c’est très simple, il suffit de rentrer son code postal, lire le message
    déjà rédigé, renseigner ses coordonnées et cliquer sur « envoyer » !

    Nous vous demandons de relayer très largement cette action autour de
    vous, et d’inviter vos maires à s’engager

    Très amicalement,

  6. « Je suis pleinement favorable au mariage gay, mais seulement entre politiciens de gauche.
    Tout ce qui peut contribuer à leur non-reproduction est un bienfait pour tous ! « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit × = 56

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>