Qu’est-il allé faire dans cette galère !

Le 31ème engagement de François Hollande : « J’ouvrirai le droit au mariage et a l’adoption aux couples homosexuels », va lui pourrir son année 2013 et vraisemblablement dégrader davantage son image pour le restant de son quinquennat.

La mobilisation qui s’effectue va bien au delà des réticences que les socialistes pouvaient en attendre, le pays profond commence a comprendre que la philosophie du programme des socialistes conduit a l’avilissement de l’être humain, a la renonciation de notre identité, et en la croyance que si tout est possible, aucune limite n’est irrecevable.
Les manifestants du 27 janvier dernier, sous le fallacieux prétexte du droit a l’amour, n’ont fait qu’accentuer le rejet de leur cause. Le côté folklorique va déranger compte tenu de la gravité de la question. Etait-il, par exemple, utile de faire défiler des travestis échappés des cabarets parisiens pour s’accoutrer en bonnes sœurs ou des enfants portant des pancartes ordurières. Ne mentionnons pas la pauvreté et la bassesse de certains slogans, leur cause va être entendue et bien au delà de leurs expectatives. Ces mascarades vulgaires, ces slogans orduriers, la non consistance des arguments et l’irrespect religieux focalisé sur une seule religion, vont avoir exactement l’effet inverse quant aux espoirs de ces pitoyables marcheurs. Il est a gager que le chiffre de 53% de partisans du mariage pour tous est au dessus de la réalité du pays, ne parlons même pas de l’adoption encore moins de la procréation médicalement assistée.

C’est une manifestation parisienne de gay-pride, de marche des fiertés, des libertés, de tout ce que vous voudrez dans l’appellation, mais pas une marche de défense et de promotion de la famille homo-parentale. Réunir 200.000 personnes à Paris, sous les auspices d’une mairie ouvertement partisane et favorable a cette cause, sachant que la plus forte concentration homosexuelle de France se trouve dans quelques arrondissements centraux de la capitale, ce que benoitement et stupidement a reconnu l’ex-ministre Bachelot, ne relève pas de l’exploit. L’argent déversé par le milliardaire têtu, Pierre Bergé , premier bailleur de fonds du président Hollande, ne pourra sempiternellement pas s’opposer a l’afflux de dons que devraient recevoir en flux constant, les opposants. Leur volonté de ne baisser les bras en aucun cas sera leur garantie de l’emporter. Peu importe les comptes-rendus des officines gouvernementaux et les reportages fallacieux des chaines de télévision au garde à vous.

Toutes choses confondues, cela n’augure rien de bon pour l’avenir de cet engagement de campagne. Hollande en mangera son chapeau, soit il recule et les banderoles étaient explicites pour lui, soit il poursuit dans cet entêtement mais son quinquennat sera marqué du sceau indélébile, celui d’avoir réussi a diviser les français sur un sujet majeur : la famille. Si dans ce pays on ne touche pas a un pote comment peut-on penser toucher a la sacro sainte famille.

Une formidable contestation prend forme petit a petit et le pays réel ose doucement, lentement mais sûrement se réveiller pour enfin s’opposer « aux élites » qui depuis trente années se cooptent, se protègent, et accaparent postes, prébendes et sinécures au gouvernement, en assemblées, conseils, chaines de télévision, syndicats, organismes subventionnés et la liste en est interminable.

L’homophobie que l’on prétend combattre peut par ces outrances réapparaitre, mais elle sera encore plus forte si par malheur le président, le gouvernement et son garde des sceaux passaient outre une volonté populaire grandissante. Il y a encore en France un vieux fond de conscience morale qui exprime son refus a établir une nouvelle norme en matière de famille, de filiation et de transmission. Ce n’est pas parce qu’il existe dans des pays démocratiques développés et les Etats Unis en sont la plus triste illustration, un droit d’avoir un enfant, que la France se devrait d’en prendre le même chemin. « Il importe de distinguer un enfant que l’on fait d’un enfant que l’on fait faire. Quand un couple fait un enfant, l’enfant est une personne. Le fait de faire un enfant se passant entre des personnes qui s’aiment et pour qui l’enfant n’est pas une marchandise ni l’objet d’un trafic. Quand on fait faire un enfant par un tiers, l’enfant n’est plus une personne, mais un objet, voire une marchandise dans un trafic. Témoin le fait de louer le ventre d’une mère porteuse ou les services d’un géniteur. (Bertrand Vergely) ». Admirablement résumé par Pierre Bergé :« Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler a l’usine, quelle différence ? »

Le grand malheur pour François Hollande, c’est qu’il n’avait nullement besoin de se fourvoyer dans ce débat. Le pays en proie a une crise identitaire, morale et économique n’est pas mûr pour accepter qu’une donnée naturelle (union d’un homme et d’une femme pour faire un enfant) soit bouleversée par un projet de loi. La loi ne peut pas tout, l’impossibilité pour un couple homosexuel d’avoir un enfant ne peut être contourné par une loi de circonstance pour des cas particuliers, particulièrement revendicatifs.

Ce samedi 2 février allez manifester devant vos préfectures.

le mariage gay ou la dictature de la confusion ‎ Bertrand VERGELY

Je profite de cette chronique pour saluer Virginie Tellenne ( alias Frijide Barjot), cette femme est FOR-MI-DABLE et je vous invite a regarder cette vidéo qui n’a certainement pas été relayée par les médias, elle y donne plus de détails sur son rendez-vous a l’Elysée.
Elle est bien loin de la description caricaturale et haineuse qu’on lui prête.
//www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oihzwJT9Fv4
D’autres videos que vous trouverez sur ce site : //www.cosetteetgavroche.fr/-etats-generaux-de-l-enfant-
donnent la mesure de l’enjeu.

ET SURTOUT NE MANQUEZ PAS CETTE INTERVENTION D’UN DEPUTE ISSU DE LA GAUCHE : IL MERITE DE LAISSER UN NOM DANS L’HISTOIRE: M. Bruno Nestor Azérot:

8 réflexions au sujet de « Qu’est-il allé faire dans cette galère ! »

  1. La commedia dell’arte

    Ah il fallait voir leurs mines réjouies. Il fallait voir leurs petits clins d’œil et leurs sourires en coin. Il fallait voir leurs esclandres surjoués et leur air cabotin.

    Depuis mardi l’Assemblée nationale revit. Avec le projet de loi sur le mariage homosexuel, la commedia dell’arte est de retour au Palais Bourbon. Comme de vieux acteurs sur le déclin, les députés jubilent de retrouver leurs rôles préférés ; les députés PS drapés dans la toge du modernisme et les députés UMP dans celle des valeurs.

    A l’Assemblée nationale, une bonne pièce nécessite des antagonismes. Avec ce projet de loi, les acteurs UMP et PS sont servis. Ils font renaitre l’illusion d’un clivage pour amuser la galerie. Surtout avec le retrait puis la réapparition de la PMA, la circulaire Taubira sur la GPA, la nouvelle polémique sur le triangle rose… les rebondissements ne manquent pas.

    Les médias, aux premières loges, sont ravis. Pour eux, le feuilleton s’annonce palpitant. Et ils vont en avoir pour leur argent. GPA (gestation pour autrui) et PMA (procréation médicalement assistée), voilà deux acronymes qui sont devenus les jokers du gouvernement. Pendant de longs mois, on va les voir agités pour éviter de parler des problèmes réels du pays.

    Il serait pourtant si simple de répondre à une attente légitime des couples de même sexe. Pendant la présidentielle, j’avais proposé une union civile en mairie pour les couples homosexuels et une reconnaissance du statut des beaux-parents. L’immense majorité des couples homosexuels ne demandent rien d’autre. Et les Français y seraient totalement favorables.

    En une journée, le débat serait clos. Mais en vérité ni le PS ni l’UMP ne veulent de cette décision de bon sens. Ce serait leur retirer une des dernières raisons qui fait qu’on parle encore de majorité et d’opposition. Pourquoi arrêter si vite un feuilleton comme ils les affectionnent ? Une fin précipitée les contraindrait à arrêter de jouer la commedia dell’arte et à reprendre le travail. Cela, ils ne le veulent pas.

    Au final c’est la France qui est divisée et les homosexuels stigmatisés. Cette classe politique est pathétique. Et je pèse mes mots.

    Pour rappel, en octobre dernier, le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) a été ratifié en express. Députés PS et UMP étant d’accord, c’était beaucoup moins palpitant de faire durer les débats. Sur la mondialisation, sur la politique sécuritaire, sur l’immigration, sur le racket des monopoles privés, sur l’Europe, UMP et PS pensent au fond la même chose. Ils sont d’accord sur l’essentiel et se chamaillent sur l’accessoire.

    Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement mais surement pas des Français, a dit cette semaine à propos du projet de loi sur le mariage homosexuel et l’adoption : « Nous sommes engagés dans une réforme à laquelle nous consacrons toute notre énergie ». Les milliers de Français qui perdent chaque mois leur emploi ou sont victimes de l’explosion de l’insécurité seront ravis de l’apprendre.

    Ainsi le salarié de Goodyear à Amiens qui vient de perdre son emploi sera soulagé de savoir que bientôt un couple homosexuel richissime du Marais à Paris pourra louer les services d’une mère porteuse.

    Les responsables politiques sont en complet décalage avec la réalité. Chaque semaine, je parcours la France à la rencontre du pays réel. Ce vendredi encore, je suis dans l’Aube et dans l’Yonne. Et les préoccupations des Français sont très loin de celles de Mme Vallaud-Belkacem. Ils s’inquiètent pour leur emploi, pour l’éducation de leurs enfants. Ils voient leur pouvoir d’achat fondre à cause de l’augmentation des impôts et du racket des monopoles privés (GDF Suez, sociétés d’autoroutes, SNCF, EDF, Total…). Ils ne supportent plus l’impuissance des pouvoir publics face aux petits voyous ou aux camps de Roms illégaux qui s’installent aux abords des villes comme dans ma circonscription dans l’Essonne. Ils se désespèrent de voir le bateau France couler sans que ceux censés être aux commandes ne lèvent le petit doigt.

    Françaises, Français, ne désespérez pas. Sachez qu’il reste encore des patriotes sincères. A chaque déplacement, je vois de plus en plus de monde dans les réunions publiques, et surtout une majorité de jeunes. Aujourd’hui nous, les patriotes et républicains, avons besoin de votre soutien pour mettre au chômage ces acteurs de la commedia dell’arte qui prétendent nous gouverner !

    Le 24 mars, venez au Congrès de DLR, pour clamer que la France n’est pas le petit pays qu’ils aiment dénigrer. Pour vous la France est grande. Pour vous le patriotisme républicain est l’avenir. Pour vous la Nation est plus forte que leur fric et leurs communautarismes.

    Nicolas Dupont-Aignan

    Président de Debout la République

  2. Cette loi va créer des situations hallucinantes…elle est faite si l’on regarde la réalité pour des personnes très fortunées, a l’ego sur-dimensionné, il suffit de voir quels sont les personnes qui auront recours a la p.m.a……..Je vois si l’on se refère aux magazines le nom de stars de la chanson, Elton John pour donner un exemple, de la mode, Tom Ford ……. et si l’on creuse des étrangers qui font faire leurs enfants par des femmes réduites a devenir des matrices. La France doit elle suivre ce chemin.
    C’en est dégradant, et je suis loin d’être un catho pur et dur, la religion n’a rien a voir avec ca.
    En plus j’avais jusqu’a maintenant rien a dire contre les homos en général (hommes ou femmes) je pense qu’ils se trompent et franchement tout cela me dégoute du type d’humanité qu’on est en train de nous créer. Votre article est bien lucide.
    Bien a vous.

  3. Merci pour votre commentaire. La loi n’est pas encore votée, les députés ont voté le 1er article qui ne fait plus de différenciation sexuelle.
    La procréation médicale assistée est en l’état actuel non inclus dans le projet en débat à l’assemblée. Je voudrais bien vous dire que vous vous trompez en faisant un amalgame.
    Votre réflexion selon laquelle le recours a la p.m.a. concerne des personnes aisées ou connues ou les deux est évidemment vraie, cela conforte les médias qu’y a t’il effectivement de plus intéressant que de savoir qu’Elton John va avoir un 2 ème enfant ? Sur le fait que dire, sur le principe c’est tout le débat.
    Je connais de nombreuses personnes qui ont eu un recours a la p.m.a. il y a des cas tristes voire tragiques, mais il y en a de nombreux qui se vivent parfaitement.
    Voyons comment grandissent et évoluent ces enfants.

    En complément a ma réponse je reproduis cet article paru dans le Figaro.:
    L’incroyable « marché » américain des mères porteuses

    Par Stéphane Kovacs publié le 31/01/2013

    Pour quelques dizaines de milliers de dollars, les agences en pointe de cette étrange filière proposent des jeunes femmes triées sur le volet.

    Elle ne veut pas d’enfant mais pense que ce serait «un gâchis» de ne pas «utiliser de si bons ovules»… Sourire enjôleur et décolleté avantageux, Jennifer, 29 ans, figure dans le catalogue de «plus de mille donneuses aux profils des plus exceptionnels et divers» proposé par l’agence américaine Egg Donation (Don d’ovule), «leader du marché». Chez CSP, elle aussi pionnière en matière de «création de familles», c’est la photo de stars comme Elton John que l’on met en avant: ce prestigieux centre de gestation pour autrui vient d’organiser la naissance d’un deuxième bébé pour le chanteur britannique et son compagnon.

    Trente-deux ans d’expérience, plus de 1700 enfants dans 45 pays, 40 % de clients étrangers: CSP vante ses spécialistes «de premier ordre» dans tous les domaines et un bilan sans failles. «Nous avons environ la moitié de clients homosexuels, explique Sherrie Smith, administratrice du centre de la côte Est, dans le Maryland. Et en ce moment, une dizaine de couples français. Quel que soit leur pays d’origine (même ceux qui, comme la France, interdisent la GPA, NDLR), nous avons toujours réussi à faire rentrer les bébés chez eux.» Faire un bébé avec CSP, «c’est comme un voyage en Mercedes, résume un père comblé. Calme, efficace et fiable».

    Dans ce monde décomplexé et dûment tarifé, l’aventure commence par une rencontre, via Skype, entre le couple et les représentants de CSP. Les femmes acceptant à la fois de donner leurs gamètes et de porter l’enfant étant très rares, «le centre travaille avec une agence comme Egg Donation, précise Kara, coordinatrice des mères porteuses chez CSP. La plupart de ces donneuses choisissent de rester anonymes». D’autres dévoilent leur personnalité sur Internet. Comme Jennifer, jolie blonde de mère allemande et de père norvégien, «niveau bac», qui «aime la cuisine mexicaine» et «ne dort pas avec une peluche»… Certaines acceptent d’être contactées à la majorité de l’enfant.

    L’agence de donneuses, approchée par «plus de 10.000 volontaires chaque année», propose des «nouvelles recrues» chaque semaine. Pour être sélectionnée, il faut avoir entre «21 et 35 ans», être «en bonne santé, intelli­gente, attirante et responsable». «En plus de la gratitude des parents», la donneuse reçoit entre 5000 et 10.000 dollars… et l’agence, presque autant.

    «État émotionnel bouleversé»
    Chez CSP, la sélection des mères porteuses est tout aussi drastique: sur quelque 400 demandes reçues chaque mois, on en garde une douzaine! «On vérifie tous leurs antécédents, indique Kara, très fière d’avoir elle-même été deux fois mère porteuse. Les couples veulent une femme parfaite: jeune, grande, pas trop grosse, mariée, avec des enfants.» La plupart se font recaler «parce qu’elles posent trop de questions sur la rémunération, souligne-t-elle. Pour éviter la marchandisation des corps, on exige qu’elles soient indépendantes financièrement». D’autres ne sont pas sélectionnées car elles refusent un éventuel avortement, en cas de handicap ou de grossesse multiple, par exemple.

    Fausse couche, handicap, avortement, déroulement de l’accouchement, tout est abordé lors de la première rencontre entre les futurs parents et la mère porteuse. Après une consultation de quatre heures avec un psychologue (210 dollars), le couple enchaîne sur une visite médicale. Il faut compter de 6000 à 10.000 dollars de frais d’avocats, notamment pour l’établissement d’un contrat entre les deux parties. Puis de 15.000 à 25.000 dollars pour chaque cycle de fécondation in vitro (FIV).

    Lors du deuxième voyage aux États-Unis a lieu le transfert d’embryon. Un troisième, à six mois de grossesse, permet d’assister à une échographie. Et le quatrième est pour l’accouchement. L’enfant repart muni d’un passeport américain. Sur son acte de naissance figure, «pour les couples gays, soit le nom d’un seul père, soit les deux, selon la loi en vigueur dans leur pays d’origine», in­dique-t-on chez CSP. L’agence empoche un peu plus de 20.000 dollars.

    La mère porteuse, elle, reçoit entre 25.000 et 35.000 dollars (ses tarifs augmentent à chaque grossesse). Plus 8.000 si elle est enceinte de jumeaux. «De nombreux couples, notamment les gays, qui rêvent d’un bébé chacun, expriment le désir d’avoir des jumeaux, témoigne le Dr Michael Feinman. Vu les dépenses et les efforts considérables, ils pensent que ce serait bien d’avoir “deux bébés pour le prix d’un”.» Mais les grossesses mul­tiples sont risquées… Toute une série de frais médicaux éventuels, détaillés sur deux pages, sont à envisager. La facture totale peut paraître assez «intimi­dante», convient l’agence, mais «le bonheur d’être parent» n’a «pas de prix»…

    L’aventure, toutefois, ne ressemble pas toujours «à un conte de fées». Lundi, Nicole, 31 ans, a fait un test de grossesse. Elle exulte: elle est enceinte «d’un couple de gays français». Est-ce la même excitation que celle qu’elle a ressentie pour ses propres enfants, qui ont aujourd’hui 11 et 7 ans? «Pas du tout, lâche-t-elle. Eux n’étaient pas prévus. Pour eux, j’ai au contraire beaucoup pleuré…» Il y a trois ans, elle a aidé un couple américain. À l’accouchement, ce sont eux qui ont pleuré – de joie – et la séparation d’avec l’enfant s’est faite facilement. «Je l’aime comme une nièce», dit-elle de cette fillette, dont elle reçoit des nouvelles. Les 25.000 euros ont servi à rembourser les crédits de son pavillon. Mais après, il y a eu six tentatives pour un couple norvégien. Six échecs. Puis une fausse couche tardive. «Avec tous ces traitements, mon corps est fatigué, soupire-t-elle. Quant à mon état émotionnel, il est un peu bouleversé… Alors cette fois-ci, ce sera la dernière.»

    • C’est bien ce que je dis, et non seulement cela s’adressera a une clientèle aisée, mais en plus sans vouloir faire du racisme, c’est essentiellement une clientèle de race blanche, allez vous voir des noirs, des asiatiques, des indiens demander a procréer par cette voie artificielle… J’en doute. Je vais me faire traiter d’affreux raciste. Remarquez mon commentaire a été refusé sur certains journaux, le Figaro en tête.
      Merci pour votre réponse et l’article que j’avais lu, il y a qu’a y voir les commentaires des lecteurs pour se faire une idée.

  4. Quelques réflexions faisant suite à celles du Bilderberg group :
    http://www.syti.net/Organisations/Bilderberg.html

    Y-a-t-il des choses plus importantes dans ce monde que de savoir si 0,1% de la population va avoir le droit de se marier ou pas? Il ne semble pas puisque le sujet du mariage gay mobilise toutes les couches de la société que l’on soit pour ou que l’on soit contre. C’est pour cela qu’il est mis en avant et exploité, à fond, par le Biderberg group.

    Le mariage gay fait parler et fait parler tout le monde! C’est d’ailleurs le but et l’objectif très clair défini par le groupe Bilderberg pour cette année 2012, année d’élections tant aux USA qu’en France notamment. Ce n’était pas à l’ordre du jour en Russie…Les deux candidats classés « progressistes » avaient bien évidemment cette proposition dans leur programme politique. Il est à noter qu’aux USA , comme en France , la proposition de loi du mariage gay sera à l’ordre du jour de ce premier trimestre. C’est donc une loi apparemment fondamentale mais fondamentale pour qui? Est-ce vraiment plus important que la fin du CDI ou la perte de souveraineté des peuples au détriment de la BCE et des technocrates européens?

    Pour Bilderberg c’est une mesure tout bénéfice car elle va créer un rideau opaque sur les vrais problème subis par les peuples, elle risque même d’obliger à la réforme de la constitution donc avoir la possibilité d’en profiter pour intégrer d’autres choses, et enfin elle fait parler dans toutes les couches ethniques, religieuses, de la société .

    Pour le gouvernement français il s’agit plus précisément de montrer tout le mépris que l’on peut avoir contre cette France blanche et catholique comme le dit un conseiller du président :

    L’un d’eux m’a dit : « Il y avait du monde, certes, mais ça n’a pas été un raz de marée. C’est essentiellement la France blanche et catholique qui était dans la rue. Ça ne va pas interrompre le projet de loi. »

    Ce qui est assez faux par ailleurs puisque l’on sait que les musulmans comme les juifs sont contre . En fait le mariage gay est une lubie de la franc-maçonnerie élitiste qui entend légalement pouvoir acheter adopter des enfants pour mieux les consommer…

    Cette proposition comme on l’a vu ne fait même pas l’unanimité des homosexuels qui se satisfont bien du PACS. Mais elle fait le bonheur de l’opposition de droite qui trouve là un sujet fort populaire pour faire entendre sa différence et ainsi montrer qu’elle existe! Pourtant la droite Coppé ne vous y trompez pas participe aussi de l’agenda du Bilderberg mais trouve là un espace d’expression facile à exploiter .

    En fait cette proposition de loi est vrai attrape-nigaud qui fait beaucoup parler, qui ne touchera que très peu de gens mais qui leur offrira la possibilité il est vrai d’adopter légalement des enfants en tant que « couple marié ». Cela est inacceptable car en totale contradiction avec la loi naturelle qui dit que la vie provient d’une union entre un homme et une femme. L’enfant ainsi adopté n’évoluerait pas dans une structure familiale naturelle l’exposant à toutes sortes de traumatismes psychologiques par la suite.

    Mais le vrai sujet de fond de cette loi, et qui ne sera pas abordé, c’est de remplacer les notions de père et de mère par parent 1 et parent 2 tout en brouillant idéologiquement les différences entre hommes et femmes, pour mieux ensuite les substituer administrativement et en toute impunité par l’état . C’est se substituer légalement à la notion de famille qui disparaîtra ainsi .

    Le mariage gay est un sujet exploité jusqu’à la corde par le système global pour nous diviser toujours plus en exacerbant nos différences en les poussant jusqu’à l’extrême pour mieux ensuite les exploiter en les caricaturant. En tout cas on se rend bien compte que la cible de cette judéo-maçonnerie est clairement identifiée dans notre pays: elle est blanche et catholique comme l’a montré l’exploitation médiatique de cette manif pour tous .

  5. Quand on a besoin de mentir pour faire croire qu’on a raison, ce n’est jamais bon signe pour la cause qu’on entend défendre. Ainsi, les associations homosexuelles prétendaient qu’en France, on dénombrait 300.000 enfants élevés par des couples de même sexe.

    Ce qui n’est pas exactement l’avis de l’Insee qui, dans son dernier rapport, longuement cité par Le Monde du 14 février dernier, estime que ce pourcentage se situerait dans une fourchette allant de 24 000 à 40 000. Nous sommes donc loin du compte…

    Mieux, ce même rapport révèle que seuls 0,6 % des couples français sont homosexuels. Ce qui signifie que le fameux « mariage pour tous », défendu par la quasi-totalité des médias comme mesure d’intérêt national, ne tient guère compte de cette autre importante minorité que sont les 99,4 % de couples hétérosexuels. Ce n’est plus la dictature, mais la tyrannie d’une infime minorité dont les principaux acteurs de pointe sont eux aussi minoritaires au sein de leur propre minorité. Ainsi, Act-up ne compte que 150 adhérents et LGBT… 1 300 ! À côté et avec ses 300 000 visiteurs uniques chaque mois, Boulevard Voltaire est un média de masse ; Paris Match, prends garde à toi…

    C’est-à-dire que moins de 2 000 individus possèdent, de par leurs puissants relais médiatiques, les moyens d’intimider, de terroriser près de 60 millions de Français, dont la majeure partie de la classe politique ! Quand, au prochain millénaire, les historiens du futur écriront sur notre époque, les bras risquent fort de leur tomber des mains… Car glissement sémantique oblige, un homophobe était naguère un homme qui n’aimait pas les homosexuels, alors qu’aujourd’hui, un homophobe est un homme que certains homosexuels n’aiment pas. Résultat, de peur de passer pour homophobes, les gens se taisent mais n’en pensent pas moins…

    Un vieil ami, membre de la confrérie de la jaquette flottante, tel qu’on disait autrefois sans risquer un procès, me confiait récemment : « Avant, on vivait tranquilles. Maintenant, on commence à entendre des réflexions homophobes de plus en plus violentes, ce qui était inconcevable il y a quelques années. Voilà le résultat de l’irresponsabilité de ces lobbies microscopiques, mais dont le pouvoir de nuisance est inversement proportionnel à leur poids réel. »

    Des propos à méditer. Car, à force de hurler au loup…

    Nicolas
    Gauthier
    Journaliste, écrivain.
    http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/les-mensonges-du-lobby-gay,11911?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=abf0d981ff-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− sept = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>