Monsieur Valls, je n’aimerais pas être à la place de votre miroir !

Publié le 27 mars 2013 par Josiane Filio – Article du nº 296 – Riposte laïque.

Monsieur l’incapable ministre de l’Intérieur, c’est pour plaire à votre collègue Taubira que vous vous en prenez aux plus faibles (des enfants et des vieillards) ; donnant ordre de gazer ces « dangereux criminels » que sont les Français osant tenir tête à votre minable gouvernement, en défilant dignement tout un dimanche après-midi… quand les racailles qui polluent la France – parce que vous n’êtes pas à la hauteur pour la faire respecter – ont eu récemment tout loisir de venir hurler à cinq reprises « mort aux juifs » et se livrer à leur ridicule mascarade de prière en plein Champs-Elysée… à deux pas de votre insignifiant « patron » , sous le regard impassible des mêmes forces de l’ordre à qui vous aviez alors donné des consignes de compréhension et de tolérance ?

Les féroces délinquants …

Les dangereux individus fauteurs de troubles …

C’était il y a peu, et si vous vous êtes empressé d’oublier ce fait divers, sans importance pour vous, sachez que beaucoup de citoyens ne risquent pas en faire de même car ce scandaleux évènement leur est resté sur l’estomac.

Elles sont où les bombes lacrymo ici ???

Oui, vraiment monsieur Valls, je n’aimerais pas être à la place de votre miroir !

Etre obligé chaque matin de voir votre tête de petit teigneux, imbu de sa personne (alors qu’il n’y a vraiment pas de quoi), assez pleutre pour lécher les babouches des islamistes, assez lâche pour ne pas remettre à sa place la Taubira dont le rêve est de vider les prisons des vrais criminels pour les remplacer par les français de souche qu’elle hait, et assez ignoble pour donner des consignes de tolérance zéro pour ceux de vos concitoyens que vous méprisez dès qu’ils ne pensent pas comme vous ! Oui vraiment, être obligé de contempler tout cela chaque jour, il y a vraiment de quoi souffrir de nausée chronique !

Vous étiez parait-il le ministre « préféré » des Français (sous toutes réserves, les médias à la botte du pouvoir déversant tellement de mensonges !) mais là vous avez fait très fort et cet exploit de dimanche, grâce à ces photos qui font déjà le tour de la France (et demain du monde entier) va incontestablement vous permettre de concurrencer brillamment votre président de pacotille dans sa descente vertigineuse de sondages ! Vous allez pouvoir vous amuser comme des petits fous tous les deux, et dans ce concours du plus nullard, je ne me risquerais pas à faire un quelconque pronostic, tellement dans l’immonde vous êtes pratiquement à égalité.

Ah ! Il est beau le gouvernement dont vous faites partie… entre un président-dictateur totalement aveugle et sourd aux cris de révolte des français, qu’il à roulés dans la farine pour accéder au pouvoir suprême… un premier ministre insignifiant, totalement dépassé par les événements… un ministre de l’intérieur s’en prenant héroïquement à des enfants et des vieillards… et un ministre du redressement (on ne sait toujours pas de quoi, mais si c’est de l’incompétence, c’est assez joliment réussi) assez aveugle et stupide pour croire que 100.000 personnes (les délinquants d’hier soir) peuvent tenir dans le creux d’une main !!!

Moi j’vous le dis mes cocos ! Vous filez un bien mauvais coton sauf si, dans votre immense sottise (et je suis polie, sinon ça déplaît à un de nos lecteurs…), vous avez décidé de vous suicider, alors permettez moi de vous féliciter : vous avez sans l’ombre d’un doute, choisi le bon moyen.

Je m’en voudrais de terminer sans vous adresser, Monsieur le paltoquet, mes plus vifs sentiments de mépris.

Josiane Filio

Citoyenne – Patriote, indignée de l’immensité de votre bassesse.
Riposte laïque – Monsieur Valls je n’aimerais pas être a la place de votre miroir.

LA HONTE……..TEMOIGNAGES VUS, RECUS ou LUS .

LE TEMOIGNAGE D’UN PERE DE FAMILLE:
Et aussi ce témoignage d’un père de famille dont la fille de douze ans a été aspergée de gaz lacrymogène : extrêmement serrés sur l’avenue de la Grande Armée en raison de l’affluence des manifestants, nous avons décidé avec nos enfants de nous diriger vers l’avenue Foch. Avenue Foch, nous nous sommes dirigés vers les CRS afin de discuter avec eux de l’interdiction de manifester sur les Champs Elysées. J’ai alors perçu qu’un mouvement de quelques personnes souhaitait déplacer les barrières, sans violence cependant. Voyant les CRS sortir boucliers et matraques, j’ai vite emmené nos enfants à l’écart, remontant vite l’avenue.
Nous arrêtant pour parler avec d’autres familles, nous avons vu des membres de la sécurité de la Manif pour Tous nous enjoignant à partir encore plus loin, affirmant que les CRS avaient lâché les gaz. Courant dans la panique, avec l’effroi de perdre des enfants dans cette fuite, nous avons vite été rattrapés par les gaz, extrêmement irritants pour les yeux et le gorge. Mes petits, apeurés, hurlaient et pleuraient, se plaignant d’avoir mal aux yeux. Nous avons vu beaucoup d’entraide entre manifestants dans ce climat d’insécurité provoqué par les forces de l’ordre.
Emmenée au poste de secours avec les enfants, j’ai vu des personnes âgées atteintes ainsi qu’un enfant asthmatique qui était au plus mal. Comment qualifier un gouvernement qui donne l’ordre d’envoyer des gaz lacrymogènes sur des enfants, des personnes âgées, alors même que la situation ne le justifiait en aucun cas ? Dans quelle sorte d’Etat sommes-nous, dont le ministre de l’intérieur évoque pour toute réponse à cette répression policière d’une manifestation pacifique l’irresponsabilité des parents à emmener leurs enfants ? Ma fille de 12 ans, très troublée, m’a affirmé hier qu’il nous fallait quitter notre pays. Après lui avoir rétorqué qu’il n’était pas souhaitable qu’on l’abandonne, celle-ci m’a renvoyé illico : c’est lui qui nous abandonne.

DE M. ARMEL LE PEACH – PERE DE FAMILLE                                                            Les choses ont un peu changé pour moi ce dimanche. Depuis deux jours et deux nuits me reviennent de nombreuses images. Elles s’entrelacent, s’entrechoquent, occupent mon esprit.

Me reviennent d’abord les images télévisées de la manifestation du 17 novembre destinée à faire entendre la voix des opposants « à la révolution sociétale » de madame Taubira. Déjà impressionnante, joyeuse, artisanale. Je ne m’étais pas déplacé. Peu de moyens à ce moment-là, pas de temps, peut-être de l’indifférence pour ce sujet. Un « mariage » pour les homosexuels ; quelle blague ! On n’a donc que ce genre de préoccupation au sommet de l’État ?

Ensuite, les images du 13 janvier, froid et venteux. Journée familiale et bon enfant. Une organisation parfaite, un monde fou. C’était évident, nous allions être entendus, nos dirigeant allaient retrouver le sens commun ! Et puis les chiffres, ahurissants. Le mépris stupéfiant. Les débats consternants. Le vote. L’adoption par l’Assemblée nationale, la représentation populaire, de ce texte ridicule et stupide. Au nom de l’amour et de l’égalité, il serait désormais possible à deux individus de même sexe d’enfanter, de faire enfanter, d’acheter un enfant.

Alors, ce dimanche 24 mars 2013, je suis remonté à Paris. La gare Montparnasse, notre gare à nous, les Bretons. Le trajet pénible dans le métro sale, les itinéraires interminables pour rejoindre l’avenue Foch, il paraît que la « Grande-Armée » est bondée. L’attente, les discours que l’on n’entend pas, les esprits qui s’échauffent, « Hollande, démission »scandai-je avec mes voisins d’infortune.

Et soudain les insultes. « Dégage, salope ! » lancé par un mobile à une mère de famille qui réclamait le droit de passage pour elle et ses deux enfants, très impressionnés. Et les coups qui s’abattent sur ce couple de vieilles gens qui s’indigne contre ce traitement et tente de repousser le colosse. Ils auraient pu être mes grands-parents, en plus chic peut-être…

Et le gaz…

Les cris, les yeux qui piquent, les hurlements de panique de mon fils de 9 mois dans son porte-bébé, les yeux rougis et les larmes de mes trois grands terrorisés. Ceux-là même auxquels j’enseigne que les policiers sont là pour nous protéger !

Je me revois les mettre à l’abri, les confier à ma femme, l’embrasser et revenir charger les miliciens avec l’envie de leur faire mal.

J’ai enfreint la loi à plusieurs reprises en l’espace de quelques minutes, j’ai respiré leurs « aérosols » à plein poumon jusqu’à en vomir. J’ai poussé, tiré, frappé aux côtés de mes frères de combat. La violence était devenue notre seul moyen d’expression.

Aujourd’hui, la colère me noue le ventre… froide… glaciale…

Je ne lâcherai rien.

 

LE TEMOIGNAGE D’UNE AVOCATE
Me Françoise Besson, avocate présente à la Manif pour Tous, témoigne : J’ai assisté à un déni de démocratie. J’ai participé à la manifestation d’hier, en portant ma robe d’avocat. N’ayant pu rejoindre le groupe des juristes, au début de la manif, ne pouvant accéder à l’avenue de la Grande Armée, totalement saturée, j’ai tenté de rejoindre l’avenue Foch par l’avenue Victor Hugo mais un barrage bloquait l’accès.
Alors que la foule devenait plus dense et demandait à rejoindre l’avenue Foch, ses premiers rangs (j’étais au 1er rang en train de discuter avec un gendarme) ont fait l’objet de projections de gaz lacrymogène, des pères de famille ont été molestés par certains gendarmes, et emmenés vers des camions en dépit de mes protestations courtoises mais fermes et des effets des gaz.
L’accès à l’avenue Foch a finalement été autorisé. J’ai tenté d’accéder à l’avenue de la Grande Armée par la rue Rude, et après plusieurs essais infructueux, y suis parvenue. La foule était si dense qu’une ouverture étroite avait sans doute été autorisée pour accéder à la Place de l’Etoile, quasiment vide vers 15h environ. La place s’est remplie peu à peu sans jamais être comble, le gros de la foule restant massé derrière le podium de l’Avenue de la Grande Armée.
Sur la place, avec quelques autres confrères, j’ai eu vent du gazage de Christine BOUTIN, qui venait de se produire, puis assisté à celui, sans aucune sommation, d’enfants, de personnes âgées. Pourtant, un CRS auquel j’avais posé la question aux alentours de 16h00 m’avait dit qu’il n’avait eu connaissance d’aucun acte de violence de la part des manifestants.
Plus tard, j’ai un vu qu’un cordon de police venait de barrer la partie gauche (en venant de l’Etoile) de la rue de Tilsit: or des personnes cherchaient à quitter les lieux pour rentrer chez eux en traversant la place de l’Etoile: un passant m’a signalé que cela se passait mal et je me suis approchée avec deux confrères. En effet, ceux tentaient de franchir ce barrage en ont été empêchés de la manière la plus brutale par des policiers, certains en uniformes, d’autres en civil qui ne portaient qu’un brassard rouge avec l’inscription POLICE. J’ai vu une policière gazer, sans aucune sommation, des gens à bout portant, les pousser violemment jusqu’à les faire tomber tandis qu’un de ses collègues à brassard rouge les frappait avec un bâton.
Gazée à nouveau, je me suis interposée en disant à ces policiers qu’ils violaient les règles les plus élémentaires, en s’attaquant à des gens non violents qui ne cherchaient qu’à rentrer chez eux. Cela n’a servi à rien. Je suis donc allée prévenir des CRS alignés pour interdire de contourner l’Arc de Triomphe par la droite: ils ne m’ont d’abord pas crue, puis certains paraissaient gênés, d’autres m’ont dit qu’il pouvait s’agir de la milice de la mairie de Paris. Je leur ai dit que je ne manquerai pas de témoigner de ce que j’avais vu.
Certes l’accès aux Champs Elysées avait été interdit, mais en pratique, celui à l’Etoile a été autorisé en milieu d’après-midi parce que l’espace prescrit aux manifestants était notoirement insuffisant ce qui devenait dangereux pour eux. On avait le sentiment, peu avant la fin officielle de la manifestation, que les forces de police se préparaient à tendre un piège aux manifestants qui, ne pouvant accéder à l’avenue de la Grande Armée, ni même à l’Arc de Triomphe, s’étaient massés sur la partie des Champs entre le barrage de CRS de l’Etoile et le Rond-Point, comme à ceux qui, sortant de l’avenue de la Grande Armée, seraient tentés de les rejoindre.
J’ai ensuite appris qu’en effet, nombreux sont ceux qui ont été gazés puis chargés sans sommation préalable, certains, matraqués, alors qu’assis, près du Rond-Point, ils discutaient et chantaient. Pire, ils ont eu beaucoup de mal à s’échapper des Champs étant rappelé que la plupart des stations de métro proches demeuraient fermées et que la police barrait plusieurs rues adjacentes. Comme tous mes confrères, professeurs de droit et magistrats présents, j’ai été choquée par les agissements des forces de police et parfois même de gendarmerie. Comme eux je pense que cette manifestation n’était pas souhaitée par le gouvernement qui a tout tenté pour la désorganiser, provoquer des actes réellement répréhensibles de la part des manifestants et ainsi les décrédibiliser. Or, je n’ai vu aucun manifestant attaquer physiquement les forces de police mais plutôt s’en défendre. Si les manifestants n’avaient pas été aussi corrects, les débordements auraient eu des conséquences nettement plus graves.
Pour résumer, j’ai assisté à un déni de démocratie, à la violation de règles élémentaires de notre droit, à des scènes choquantes. Quant à ceux qui trouvent choquants d’y avoir emmené des enfants, je rappelle qu’il s’agissait d’une manifestation de familles pour défendre LA famille : celle du 13 janvier s’était bien passée parce que le gouvernement avait autorisé une quasi libre circulation. Enfin, je n’ai eu vent d’aucun acte de vandalisme.

D’UNE FAMILLE DU PERIGORD:
De Périgueux (24),nous sommes partis 3 cars ce Dimanche à 5 h pour rentrer Lundi à 2 h , heureux d’ajouter notre modeste présence à celle du million d’autres français.
Et combien sont partis en voiture, en train (des wagons étaient réservés au départ d’Angoulême, de Bordeaux ….) !
Nous sommes aujourd’hui de nouveau profondément blessés du déni de notre gouvernement.
Quelle honteuse désinformation transmise par nos dirigeants ainsi que par nos journaux ! Un calcul mathématique élémentaire suffit à balayer d’un revers de main le nombre de présents indiqué par la préfecture .
Nous nous retrouvâmes en ce jour du 24 Mars à Paris, une marée humaine, joyeuse et heureuse de s’être déplacée .
Des participants venus de toute la France étaient là, levés à minuit, 1 h… partis en train, en voiture, en bus, en avion, de partout, afin de défendre les droits futurs de nos enfants, petits-enfants…des générations futures !
Moi qui ne participe pas aux manifs , j’en aurai pleuré d’ émotion !
Là, une banderole Haute-Loire , ici des Ardéchois partis à minuit , des Rémois nous proposent avec malice d’échanger Champagne contre Foie gras dont nous prétendons que nos sacs à dos regorgent, ARS est présent tout devant avec un petit panneau artisanal ,Le Cantal exhibe de magnifiques drapeaux qui claquent au vent , … las-bas une famille musulmane, je me précipite pour les remercier de cette présence qui témoigne si nécessaire,que TOUS,nous sommes concernés ! La beauté de la France dans sa diversité et ses richesses est là, sans haine , sans intégrisme ! Pas un seul panneau homophobe, seulement un positionnement clair pour la protection de l’enfant de demain en France !

Petite info sur la manif :

PS : Et en bonus : La plus terrible vidéo sur le net sur ce qui s’est réellement passé le soir vers 20h-20h30 : (Qui chargent ? Qui matraquent ? et qui gazent ? selon vous)
VALLS, AYRAULT ET HOLLANDE ONT MENTI : ILS ÉTAIENT 1,8 MILLIONS SELON DES PHOTOS SECRÈTES CONFISQUÉES PAR LA POLICE
Tout le monde a vu, dimanche 24 mars, un hélicoptère de la sécurité civile survoler la Manif pour tous. Mais les photos qu’il a pris ont été confisquées car très révélatrices …
Le service de police qui a intercepté et confisqué ces images après l’atterrissage de l’hélicoptère a estimé la participation réelle du rassemblement à 1,8 millions de personnes.
La vue aérienne permet en effet de voir l’étendue de la foule depuis les points de départ jusqu’aux différentes avenues et rues adjacentes, au delà donc du comptage au mètre carré.
lmpt 048
La DCRI et l’Élysée ont les chiffres sur leur bureau.

LA PLUS GRANDE MANIFESTATION DE L’HISTOIRE DE FRANCE.

Je vous enjoins a lire ce texte, c’est une analyse remarquable.
A diffuser sans modération.

Capture d’écran 2013-03-28 à 09.41.33

Voici mon commentaire de la manifestation du 24 Mars 2013. Je m’exprime ici en tant que citoyen et en tant qu’universitaire français, dans la plénitude des droits et devoirs attachés à cette qualité, exerçant aussi ma responsabilité intellectuelle et sociale d’écrivain, d’homme de science et de philosophe.

Paris vient d’accueillir la plus grande manifestation populaire de toute l’Histoire de France.

Par Henri Paul HUDE : La plus Grande Manifestation de l’Histoire de France

Only nine months ! In what kind of state will France be after 6o months of Hollanderie !

Open Letter to Mr. Holland, proven impostor who was successfully elected President of the French Republic by accumulation of lies.

Monsieur,

To begin with, don’t expect me to give you  the smallest mark of respect, by calling you « Mr. President ». I have too much respect for this noble function to confuse it, even if only  in the space of this letter, with the usurper that you are.

As I did’nt vote for you, I have no personal remorse, which does not stop me from feeling sincerely sorry for all those who believed your lies and voted for you (apart from  the two « communities », who although they are in the minority), swear they are the unique object of all your attention .
Since then, nine months have passed and the number of people crushed by the extent of your wastes, injustices and abuses against France, is growing every day !
Nine months ! The time of a pregnancy, normally flowing into a happy event …

Unfortunately, we must recognize  that due to the frightening balance which is yours at this stage, it would be better that France aborted your nomination when it was still time !

You are the most cynical politician France has had to suffer in her whole history. Obviously your predecessors were not innocent and even less « angels », however you trounce them all in terms of lies and betrayal of citizens, including those who brought you to this position you had the presumption to covet, despite your lack of … EVERYTHING ! Because rather than make a list of what you are not and will never be, it would be quicker to list your qualities summarized in fact only by two little words: INANE and UNFIT, or to you use a vocabulary you can understand : INCAPABLE and SILLY !

Capture d’écran 2013-04-04 à 09.36.12

Just like your predecessor, so much criticised by yourself and your pals while you have  the same policies and even worse, you have betrayed your voters and all your fellow French citizens since yourself said with such a cynicism that motivates you, that you would be the President for all the French people, simply omitting from this statement it would principally concern all so-called French (on paper),  those who hate France and its citizens, and all those who by their wickedness can help you to demolish all these wonderful values for which France was far revered worldwide.
Today, you scorn so well this France, with your lousy dumb jokes, your inelegant suits, your fly half open, your thoughtless decisions so  totally foolish that we ordinary citizens of this country, after having laughed a lot at all the cartoons, caricatures and dubious jokes about you circulating on the Net , we can only cry for being stupid enough to let you assassinate our Nation without reacting more strongly.

Great specialty among french socialists .

Great specialty among french socialists .

 

Few examples from a non-exhaustive list and already such a long one that an article would not be enough:
– You do not have the necessary quality required for the ultimate polical level, in being surrounded by a capable staff that can assist you. Even in this you have done the opposite by hiring a fine bunch of bandits « in conflict with Justice » to speak in the hypocritelly correct way , and whose only skill is their haste to rob honest citizens.

- – Your Prime Minister has to spent most of his time on whistling to stop play and distributing red cards to his troops, as pathetic as himself. He pull and yon that government. This allows him from the top of his immeasurable stupidity to insult a taxpayer who has honestly earned his income (Gérard Depardieu *) unlike some leading politician who has led his department into bankruptcy ( Francois Hollande in Correze *)  and by so doing, managing to alienate and lose at the same time a substantial tax-payer.

- – Your Interior Minister excels in the compassion for the murderers and scorns victims and their families … He is also totally unable to bring order to our land, ignoring the growing number of non-right areas where his policies are being stoned…but instead leaves for Afghanistan here he shamelessly proposes the iad of our police to form their army. Monumental stupidity or cynicism ? I’m afraid that it is both my General !

– His alter ego, the Chancellor of the Exchequer (Garde des Sceaux in french), wallows in the most ignominious injustice by ignoring the most heinous crimes, of the descendants of colonizers (without whom she would live perhaps in a cabin) hiding blindly certain colonised people who do much worse today.

- – Your Minister of Productive Recovery, stoically bear this ridiculous name  you have given him as he is too busy in his fathomless arrogance on “giving lessons “to the big bosses of all kind of industries. If those are not angels, at least they have the talent to defend and advance our factories, which is not his case.

- – Your Housing Minister found nothing better than to burn the Catholic Church wishing  to commandeer some of her premises, without considering that  » Abbé Pierre », « Mother Teresa », « Sister Emmanuelle » … and many others , didn’t wait for her to provide  charity , a word she doesn’t  know, knowing only that « charity begins at home « .

- I said non-exhaustive list, so I’ll stop there, especially as whenever talking about you or your people for a long time makes me feel nauseated.  Because you, Mr. shabby, you are the reason for all this, and you are even very proud of it !
-

So enjoy mate, while there is still time, enjoy as much as you can, because I predict with the breakneck speed you conduct France to the ruin, you will not leave unscathed either. If unfortunately we cannot get rid of you first, be sure that we will drag you into the abyss with us.  Don’t think you can escape  by flying to the end of the world,  because we will block your escape with our own bodies if necessary.with our own bodies if necessary.

This letter will be accompanied by a copy of another one, browse on the Net for several weeks. It comes from a user who had the courage to sign it, relayed by the army of angry citizens that despite all your attempts today cannot be muzzled.
And if tomorrow I am taken to the court, or even directly “embastillée” (imprisoned) for insulting the « highest character of the state”, the French patriots will discover how far you can go in the ignominy, which in your case is limitless. .
I assume this risk, confident that with your « Minister of Justice » who empties the prisons of scum, vermin, murderers of all kinds, to lock up the citizens she hates without reason and without measure. I will be in good company … and there will be enough courageous patriots on the outside to form a violent revolution to purge the country of your humiliating and dangerous presence.

Mr. Self-proclaimed president normal, you are in fact unusually incompetent and dangerous for the French state and its citizens, and have done enough evil to date. It is time that we patriots regain the power, unduly snatched by your abuses.
Expect a commotion soon, it is not necessary to be a soothsayer nor a descendant of a prophetess , to make these without great risk of being wrong.

This will be my smiling conclusion, Mr. I do not salute.

Josiane Filio : 4 mars 2013

* Note of the translators = Tiresias & Chérinette
http://ripostelaique.com/neuf-mois-seulement-dans-quel-etat-sera-la-france-apres-60-mois-de-hollanderie.html

The hand-kissing had advantages

The hand-kissing had advantages

Capture d’écran 2013-04-02 à 16.58.16

Et si le printemps de la France commençait un 24 mars !

J’ai fait un rêve, ou était-ce une vision, un dimanche, le premier dimanche de Printemps, une marée humaine avait envahi la « plus belle avenue du monde », elle débordait sur les Tuileries et le Cours la reine, deux millions, trois millions, quatre millions d’hommes, de femmes, enfants et personnes âgées se pressaient pour dire enfin……

CA SUFFIT – ASSEZ – STOP FIN DE PARTIE.

Ces gens n’étaient pas la par hasard, une semaine auparavant un séisme celui ci d’origine religieux en avait conforté un grand nombre a manifester leur présence sur ce lieu mythique, mais si tous ne croyaient pas, ils étaient la pour faire trembler l’insidieuse et mielleuse dictature de la bien-pensance, du conformisme, celle des copinages de castes politiques, journalistiques, télévisuelles, de l’ENA, de tous ces nouveaux médiocrates accrochés a leurs privilèges, imbus de leur supériorité obtenue en mettant en coupe réglée le pays et ses forces vives a l’instar des pires dictatures, leur hypocrisie étant érigée en vertu.

Cette foule assemblée mais sans réel leader naturel était calme, si calme, trop calme que je finissais par me demander « Que veut elle exactement ? A t’elle un chef qui l’a conduite en ce lieu ? Combien de temps compte t’elle rester ? Que veut elle ?
Et il n’y avait pas de réponse a ces questions.

Elle était d’abord la pour ne pas cautionner un déni de la démocratie qui s’apparentait a un misérable coup d’état, a savoir mettre aux poubelles la demande légale de 700000 pétitionnaires. Elle était la pour refuser de se voir imposer par des lobbies bien en cours un changement complet de l’armature de la société, a savoir une destruction évidente du lien familial par des manœuvres politiques frauduleuses et irresponsables, promesse électorale d’un farceur polygame et célibataire. Fallait il prendre les français pour des demeurés a ce point ?

Elle était donc la pour dire a cet histrion et ses bouffons qu’elle ne les aimait plus et qu’ils devaient revoir leur copie et réajuster leur comportement.

Cette foule allait elle être entendue ? Les médias, les pouvoirs en place, allaient certainement crier aux factieux, d’autant que ces factieux avaient laissé entendre qu’ils ne cesseraient d’occuper le terrain. Dans ce bras de fer, la rue devait tenir et rester calme. Pouvait on envoyer la troupe contre des gens pacifiques peu habitués a battre le pavé ? Et l’armée comme la police n’était elle pas non plus un peu plus que solidaire de ce grand mouvement ?

Cette foule avait elle un meneur ? Trop de champions et beaucoup d’opportunistes cherchaient a en prendre la tête, mais ce peuple rassemblé, uni sur des valeurs indiscutables, ne pouvait que les récuser, chat échaudé craint l’eau froide. L’ultime carte qui lui restait a jouer hors l’appel a un renversement par la violence d’un régime croupi et dépravé, était de l’asphyxier. La vraie richesse de la France était la, venue de tout le pays, étirée sur cette bande de bitume de deux kilomètres, un peuple rassemblé qui ne cessait de nourrir une main qui ne cessait de le rosser. Du coup je compris que ces hommes et ces femmes, ces gens qui ne cessaient de subventionner par leur travail, par leurs impôts, par leur légalisme tout ce qui a terme détruirait leur avenir, celui de leurs enfants et leur pays avaient comme ultime solution, la grève, une grève sans démonstration de force, sans violence, sans déplacement de masse, une grève propre : la grève de l’impôt.
Il fallait en faire le Serment, et que dans tout le pays un énorme et irrésistible mouvement puisse se lever pour bloquer la machine a ruiner, en cessant pour un temps d’honorer le soit disant trésor public. Il fallait taper où cela faisait mal.

Je me réveillais en sursaut.

Et pour le finir…en humour !