LA HONTE……..TEMOIGNAGES VUS, RECUS ou LUS .

LE TEMOIGNAGE D’UN PERE DE FAMILLE:
Et aussi ce témoignage d’un père de famille dont la fille de douze ans a été aspergée de gaz lacrymogène : extrêmement serrés sur l’avenue de la Grande Armée en raison de l’affluence des manifestants, nous avons décidé avec nos enfants de nous diriger vers l’avenue Foch. Avenue Foch, nous nous sommes dirigés vers les CRS afin de discuter avec eux de l’interdiction de manifester sur les Champs Elysées. J’ai alors perçu qu’un mouvement de quelques personnes souhaitait déplacer les barrières, sans violence cependant. Voyant les CRS sortir boucliers et matraques, j’ai vite emmené nos enfants à l’écart, remontant vite l’avenue.
Nous arrêtant pour parler avec d’autres familles, nous avons vu des membres de la sécurité de la Manif pour Tous nous enjoignant à partir encore plus loin, affirmant que les CRS avaient lâché les gaz. Courant dans la panique, avec l’effroi de perdre des enfants dans cette fuite, nous avons vite été rattrapés par les gaz, extrêmement irritants pour les yeux et le gorge. Mes petits, apeurés, hurlaient et pleuraient, se plaignant d’avoir mal aux yeux. Nous avons vu beaucoup d’entraide entre manifestants dans ce climat d’insécurité provoqué par les forces de l’ordre.
Emmenée au poste de secours avec les enfants, j’ai vu des personnes âgées atteintes ainsi qu’un enfant asthmatique qui était au plus mal. Comment qualifier un gouvernement qui donne l’ordre d’envoyer des gaz lacrymogènes sur des enfants, des personnes âgées, alors même que la situation ne le justifiait en aucun cas ? Dans quelle sorte d’Etat sommes-nous, dont le ministre de l’intérieur évoque pour toute réponse à cette répression policière d’une manifestation pacifique l’irresponsabilité des parents à emmener leurs enfants ? Ma fille de 12 ans, très troublée, m’a affirmé hier qu’il nous fallait quitter notre pays. Après lui avoir rétorqué qu’il n’était pas souhaitable qu’on l’abandonne, celle-ci m’a renvoyé illico : c’est lui qui nous abandonne.

DE M. ARMEL LE PEACH – PERE DE FAMILLE                                                            Les choses ont un peu changé pour moi ce dimanche. Depuis deux jours et deux nuits me reviennent de nombreuses images. Elles s’entrelacent, s’entrechoquent, occupent mon esprit.

Me reviennent d’abord les images télévisées de la manifestation du 17 novembre destinée à faire entendre la voix des opposants « à la révolution sociétale » de madame Taubira. Déjà impressionnante, joyeuse, artisanale. Je ne m’étais pas déplacé. Peu de moyens à ce moment-là, pas de temps, peut-être de l’indifférence pour ce sujet. Un « mariage » pour les homosexuels ; quelle blague ! On n’a donc que ce genre de préoccupation au sommet de l’État ?

Ensuite, les images du 13 janvier, froid et venteux. Journée familiale et bon enfant. Une organisation parfaite, un monde fou. C’était évident, nous allions être entendus, nos dirigeant allaient retrouver le sens commun ! Et puis les chiffres, ahurissants. Le mépris stupéfiant. Les débats consternants. Le vote. L’adoption par l’Assemblée nationale, la représentation populaire, de ce texte ridicule et stupide. Au nom de l’amour et de l’égalité, il serait désormais possible à deux individus de même sexe d’enfanter, de faire enfanter, d’acheter un enfant.

Alors, ce dimanche 24 mars 2013, je suis remonté à Paris. La gare Montparnasse, notre gare à nous, les Bretons. Le trajet pénible dans le métro sale, les itinéraires interminables pour rejoindre l’avenue Foch, il paraît que la « Grande-Armée » est bondée. L’attente, les discours que l’on n’entend pas, les esprits qui s’échauffent, « Hollande, démission »scandai-je avec mes voisins d’infortune.

Et soudain les insultes. « Dégage, salope ! » lancé par un mobile à une mère de famille qui réclamait le droit de passage pour elle et ses deux enfants, très impressionnés. Et les coups qui s’abattent sur ce couple de vieilles gens qui s’indigne contre ce traitement et tente de repousser le colosse. Ils auraient pu être mes grands-parents, en plus chic peut-être…

Et le gaz…

Les cris, les yeux qui piquent, les hurlements de panique de mon fils de 9 mois dans son porte-bébé, les yeux rougis et les larmes de mes trois grands terrorisés. Ceux-là même auxquels j’enseigne que les policiers sont là pour nous protéger !

Je me revois les mettre à l’abri, les confier à ma femme, l’embrasser et revenir charger les miliciens avec l’envie de leur faire mal.

J’ai enfreint la loi à plusieurs reprises en l’espace de quelques minutes, j’ai respiré leurs « aérosols » à plein poumon jusqu’à en vomir. J’ai poussé, tiré, frappé aux côtés de mes frères de combat. La violence était devenue notre seul moyen d’expression.

Aujourd’hui, la colère me noue le ventre… froide… glaciale…

Je ne lâcherai rien.

 

LE TEMOIGNAGE D’UNE AVOCATE
Me Françoise Besson, avocate présente à la Manif pour Tous, témoigne : J’ai assisté à un déni de démocratie. J’ai participé à la manifestation d’hier, en portant ma robe d’avocat. N’ayant pu rejoindre le groupe des juristes, au début de la manif, ne pouvant accéder à l’avenue de la Grande Armée, totalement saturée, j’ai tenté de rejoindre l’avenue Foch par l’avenue Victor Hugo mais un barrage bloquait l’accès.
Alors que la foule devenait plus dense et demandait à rejoindre l’avenue Foch, ses premiers rangs (j’étais au 1er rang en train de discuter avec un gendarme) ont fait l’objet de projections de gaz lacrymogène, des pères de famille ont été molestés par certains gendarmes, et emmenés vers des camions en dépit de mes protestations courtoises mais fermes et des effets des gaz.
L’accès à l’avenue Foch a finalement été autorisé. J’ai tenté d’accéder à l’avenue de la Grande Armée par la rue Rude, et après plusieurs essais infructueux, y suis parvenue. La foule était si dense qu’une ouverture étroite avait sans doute été autorisée pour accéder à la Place de l’Etoile, quasiment vide vers 15h environ. La place s’est remplie peu à peu sans jamais être comble, le gros de la foule restant massé derrière le podium de l’Avenue de la Grande Armée.
Sur la place, avec quelques autres confrères, j’ai eu vent du gazage de Christine BOUTIN, qui venait de se produire, puis assisté à celui, sans aucune sommation, d’enfants, de personnes âgées. Pourtant, un CRS auquel j’avais posé la question aux alentours de 16h00 m’avait dit qu’il n’avait eu connaissance d’aucun acte de violence de la part des manifestants.
Plus tard, j’ai un vu qu’un cordon de police venait de barrer la partie gauche (en venant de l’Etoile) de la rue de Tilsit: or des personnes cherchaient à quitter les lieux pour rentrer chez eux en traversant la place de l’Etoile: un passant m’a signalé que cela se passait mal et je me suis approchée avec deux confrères. En effet, ceux tentaient de franchir ce barrage en ont été empêchés de la manière la plus brutale par des policiers, certains en uniformes, d’autres en civil qui ne portaient qu’un brassard rouge avec l’inscription POLICE. J’ai vu une policière gazer, sans aucune sommation, des gens à bout portant, les pousser violemment jusqu’à les faire tomber tandis qu’un de ses collègues à brassard rouge les frappait avec un bâton.
Gazée à nouveau, je me suis interposée en disant à ces policiers qu’ils violaient les règles les plus élémentaires, en s’attaquant à des gens non violents qui ne cherchaient qu’à rentrer chez eux. Cela n’a servi à rien. Je suis donc allée prévenir des CRS alignés pour interdire de contourner l’Arc de Triomphe par la droite: ils ne m’ont d’abord pas crue, puis certains paraissaient gênés, d’autres m’ont dit qu’il pouvait s’agir de la milice de la mairie de Paris. Je leur ai dit que je ne manquerai pas de témoigner de ce que j’avais vu.
Certes l’accès aux Champs Elysées avait été interdit, mais en pratique, celui à l’Etoile a été autorisé en milieu d’après-midi parce que l’espace prescrit aux manifestants était notoirement insuffisant ce qui devenait dangereux pour eux. On avait le sentiment, peu avant la fin officielle de la manifestation, que les forces de police se préparaient à tendre un piège aux manifestants qui, ne pouvant accéder à l’avenue de la Grande Armée, ni même à l’Arc de Triomphe, s’étaient massés sur la partie des Champs entre le barrage de CRS de l’Etoile et le Rond-Point, comme à ceux qui, sortant de l’avenue de la Grande Armée, seraient tentés de les rejoindre.
J’ai ensuite appris qu’en effet, nombreux sont ceux qui ont été gazés puis chargés sans sommation préalable, certains, matraqués, alors qu’assis, près du Rond-Point, ils discutaient et chantaient. Pire, ils ont eu beaucoup de mal à s’échapper des Champs étant rappelé que la plupart des stations de métro proches demeuraient fermées et que la police barrait plusieurs rues adjacentes. Comme tous mes confrères, professeurs de droit et magistrats présents, j’ai été choquée par les agissements des forces de police et parfois même de gendarmerie. Comme eux je pense que cette manifestation n’était pas souhaitée par le gouvernement qui a tout tenté pour la désorganiser, provoquer des actes réellement répréhensibles de la part des manifestants et ainsi les décrédibiliser. Or, je n’ai vu aucun manifestant attaquer physiquement les forces de police mais plutôt s’en défendre. Si les manifestants n’avaient pas été aussi corrects, les débordements auraient eu des conséquences nettement plus graves.
Pour résumer, j’ai assisté à un déni de démocratie, à la violation de règles élémentaires de notre droit, à des scènes choquantes. Quant à ceux qui trouvent choquants d’y avoir emmené des enfants, je rappelle qu’il s’agissait d’une manifestation de familles pour défendre LA famille : celle du 13 janvier s’était bien passée parce que le gouvernement avait autorisé une quasi libre circulation. Enfin, je n’ai eu vent d’aucun acte de vandalisme.

D’UNE FAMILLE DU PERIGORD:
De Périgueux (24),nous sommes partis 3 cars ce Dimanche à 5 h pour rentrer Lundi à 2 h , heureux d’ajouter notre modeste présence à celle du million d’autres français.
Et combien sont partis en voiture, en train (des wagons étaient réservés au départ d’Angoulême, de Bordeaux ….) !
Nous sommes aujourd’hui de nouveau profondément blessés du déni de notre gouvernement.
Quelle honteuse désinformation transmise par nos dirigeants ainsi que par nos journaux ! Un calcul mathématique élémentaire suffit à balayer d’un revers de main le nombre de présents indiqué par la préfecture .
Nous nous retrouvâmes en ce jour du 24 Mars à Paris, une marée humaine, joyeuse et heureuse de s’être déplacée .
Des participants venus de toute la France étaient là, levés à minuit, 1 h… partis en train, en voiture, en bus, en avion, de partout, afin de défendre les droits futurs de nos enfants, petits-enfants…des générations futures !
Moi qui ne participe pas aux manifs , j’en aurai pleuré d’ émotion !
Là, une banderole Haute-Loire , ici des Ardéchois partis à minuit , des Rémois nous proposent avec malice d’échanger Champagne contre Foie gras dont nous prétendons que nos sacs à dos regorgent, ARS est présent tout devant avec un petit panneau artisanal ,Le Cantal exhibe de magnifiques drapeaux qui claquent au vent , … las-bas une famille musulmane, je me précipite pour les remercier de cette présence qui témoigne si nécessaire,que TOUS,nous sommes concernés ! La beauté de la France dans sa diversité et ses richesses est là, sans haine , sans intégrisme ! Pas un seul panneau homophobe, seulement un positionnement clair pour la protection de l’enfant de demain en France !

Petite info sur la manif :

PS : Et en bonus : La plus terrible vidéo sur le net sur ce qui s’est réellement passé le soir vers 20h-20h30 : (Qui chargent ? Qui matraquent ? et qui gazent ? selon vous)
VALLS, AYRAULT ET HOLLANDE ONT MENTI : ILS ÉTAIENT 1,8 MILLIONS SELON DES PHOTOS SECRÈTES CONFISQUÉES PAR LA POLICE
Tout le monde a vu, dimanche 24 mars, un hélicoptère de la sécurité civile survoler la Manif pour tous. Mais les photos qu’il a pris ont été confisquées car très révélatrices …
Le service de police qui a intercepté et confisqué ces images après l’atterrissage de l’hélicoptère a estimé la participation réelle du rassemblement à 1,8 millions de personnes.
La vue aérienne permet en effet de voir l’étendue de la foule depuis les points de départ jusqu’aux différentes avenues et rues adjacentes, au delà donc du comptage au mètre carré.
lmpt 048
La DCRI et l’Élysée ont les chiffres sur leur bureau.

10 réflexions au sujet de « LA HONTE……..TEMOIGNAGES VUS, RECUS ou LUS . »

  1. Bonjour,

    Je réagis à votre article parce que là, je bouillonne! Vous vous plaignez des gaz lacrymogènes sur les enfants: est-ce vraiment la place des enfants dans une manifestation alors qu’ils ne peuvent pour la plupart d’entre-eux pas encore réfléchir par eux-même? D’autre part, les personnes âgées sont présentes dans tout type de manifestation et elles savent à quoi elles peuvent s’attendre… Oui, je dis cela parce que je pense que ça doit être la première fois que vous sortez de votre bulle de confort pour aller manifester vos idées (et d’ailleurs, personne ne vous empêche de le faire il me semble!)… Mais il faut savoir qu’à partir du moment ou une manifestation dérape (car selon moi, il y a dérapage: scander « Hollande dictature!! » avec passion comme vous le faites me choque, nous sommes dans une démocratie, Hollande a été élu sur un programme et il me semble que certaines choses ont bougé dans les projets de loi depuis les manifestations contre le mariage pour tous…), les interventions policières sont courantes… Et souvent bien plus violentes!! Et quand on pense que vous trouvez cette intervention violente alors qu’il y a eu seulement 2 blessés légers, on rigole doucement comparé au nombre que vous étiez… Ce qui est loin d’être le cas pour d’autres manifestations, se passant elles aussi à l’origine dans un climat pacifique… C’est peut-être la première fois depuis de nombreuses années ou vous ne vous sentez pas écoutés (alors que vous l’etes!!) sachez que des millions de gens ont connu cela pendant de nombreuses années et connaissent cela encore aujourd’hui, souffrant d’injustices vitales ô combien plus profondes que votre désir de ne pas ouvrir les yeux sur un monde qui bouge autour de vous sans que vous vous en aperceviez…

    • Je regrette beaucoup que vous bouillonnez, mais pour panser vos brûlures je vous donne a méditer la phrase de Montesquieu « On n’offense jamais plus les hommes que lorsqu’on choque leurs cérémonies et leurs usages, ce qui est toujours une marque de mépris« . (Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence.) ed. Orban page 123

      • Ceci est évidemment valable pour tout le monde, et pour vous bien sur dans ce contexte là… Mais ce que je trouve dommage, c’est le fait qu’à vous lire, on peut avoir l’impression que c’est la première fois que ça arrive… Sortez de votre bulle, que diable, et regardez le monde qui vous entoure, des injustices bien plus graves et vitales se vivent en France, et pas uniquement depuis que Hollande est président…

  2. Je ne comprends pas ce que vous voulez dire « les interventions policières sont courantes » . Je comprends moi, que vous les cautionnez.
    Mais vous êtes aveugle et d’aussi mauvaise foi que le gouvernement qui a tablé sur 100.000 manifestants, il y en a 14 a 18 fois plus prévu. Quant a ne pas amener les enfants, il n’y a pas eu de débordements a la manif du 13 février que je sache.
    La France bien élevée défilait, visiblement vous ne l’avez pas vu.
    La prochaine manif si elle n’est pas interdite honteusement verra encore plus de monde et certainement de plus graves débordements car les français en ont ras le bol.

  3. Une manifestation sur l’avenir des familles doit voir évidemment des enfants. Ceux ci ne sont pas du tout pris en otage, ou allez vous chercher un tel argument.Par ailleurs ces enfants ne portaient aucun slogans politiques ou révoltants.
    Peut on en dire autant pour ceux qui défilaient avec les partisans du mariage pour tous ?
    Je pense sincèrement que la bulle du confort c’est de penser d’une manière formatée, avec ce que ce gouvernement prépare, quel bel avenir pour nos chères petites têtes blondes…s’il y en a encore.

  4. Je crois que de toute manière, nous ne nous comprendrons pas… Je n’ai pas dit que vous n’étiez pas le nombre que vous étiez, je n’ai pas dit que je cautionnais l’intervention des forces de l’ordre (je m’étonne juste que vous en soyez étonné, cela arrive dans toute manifestation, sous Hollande, Sarkozy ou autres…)… Quant à parler de la France bien élevée qui manifestait, j’espère que cela ne sous-entend pas que vous avez le monopole de la bonne éducation…
    Ce qui m’embête le plus, c’est la haine qui se dégage de vos discours, je trouve ça plutôt triste, le monde dans lequel nous vivons n’est déjà pas tout rose et je ne pense pas que votre expérience à la manifestation contre le mariage pour tous ait été des plus traumatisantes… À vous lire, on se croirait en Syrie… Je trouve cela dommage… Je ne rejette pas vos idées, je trouve juste incroyable que vous criiez à la dictature, alors que le Président a été élu sur un programme au suffrage universelle il le semble…
    Bonne journée

  5. Bonjour, l’image que vous montrez en fin d’article est une image d’un autre événement, ce n’est pas La Manif Pour Tous… Beaucoup de monde a été berné par cette image-mensonge qui porte directement du tord à La Manif Pour Tous… Ce serait donc une bonne idée de la retirer afin qu’elle ne duppe pas plus de monde par l’intermédiaire de ce blog !

    PS: merci pour la reprise et la recopie de mon article, c’est fait pour ça ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× huit = 40

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>