LE VRAI VISAGE DE LA MANIF POUR TOUS

témoignage d’une jeune qui était le soir du mercredi 18 avril, sur l’esplanade des Invalides.
921316_488925707841745_162265519_o-565x198

Chers amis,
Voici simplement un petit témoignage de ce qui se passe ici à Paris, en ces jours étranges. Le combat où nous sommes n’est pas anodin. Beaucoup de médias caricaturent et ridiculisent. Voici en toute vérité ce que j’ai vécu hier soir.

Hier après-midi, j’ai rejoint comme la veille la Manif pour tous, qui défile de Sèvres-Babylone à l’Assemblée nationale tous les soirs cette semaine entre 19h et 22h, à grand renfort de chants, de sifflets et de casseroles. L’ambiance était joyeuse comme toujours ; beaucoup de jeunes, peut-être les deux tiers du cortège.
Lors de la dispersion aux Invalides, nous avons rejoint avec deux amis une pelouse, un peu plus loin, sur laquelle se tenaient assis des groupes de jeunes, calmes, avec des bougies. J’avais entendu parlé la veille de cette initiative, dite « Les Veilleurs » : 100 ou 200 jeunes étaient restés calmement sur les Invalides, rejoints par Hervé Mariton, Jean-Frédéric Poisson et un autre député. Vers 1h du matin, les CRS les ont sommés de partir. Ceux qui sont restés ont été enlevés de force, poussés dans la bouche de métro ; des bombes lacrymogènes ont été lancées dans la bouche du métro ; 40 jeunes (au hasard, ceux qui étaient les plus proches du bus selon le témoignage d’une amie !) ont été embarqués et emmenés au poste, puis, pour ne pas reproduire une garde à vue contestée, relâchés à 3h du matin à l’autre bout de Paris.

Je ne savais que penser de cette initiative. Ce rassemblement était parfaitement légal et, tant qu’il ne provoquait aucun trouble à l’ordre public, les forces de l’ordre n’ont, selon la loi, aucun droit de le disperser. En même temps, est-ce vraiment utile d’en rajouter, de provoquer des incidents avec les forces de l’ordre ? Après en avoir discuté avec plusieurs amis, j’ai décidé de suivre ceux qui avaient vécu l’expérience la veille.
22h : Nous sommes un peu plus de 800 jeunes, assis par terre dans le calme, sur l’esplanade des Invalides, avec des bougies. Axel, le chef de file du mouvement, explique au porte-voix l’esprit de cette initiative. Il s’agit de résister à ce gouvernement et à ses lois iniques, non par la violence, mais par notre force spirituelle – au sens large, celle qui habite tout homme, ce n’est pas réservé aux croyants. C’est notre vie intérieure, notre paix, notre amour qui constitue la plus grande force de résistance ; à cela le gouvernement ne peut rien opposer. Je connais Axel de vue, il vient à EVEN le lundi soir. Il est d’un calme olympien, il parle d’une voix douce, ni coléreux ni revendicatif ; il sait où il va et tient le cap. Il mène cela avec une jeune fille nommée Alix. Peut-être 25 ans, pas plus.
22h30 : Axel nous parle de la paix intérieure, et nous écoutons des textes (Madeleine Daniélou, Victor Hugo…) sur la France, l’intelligence, l’amour, la liberté… Les CRS sont encore partout sur l’esplanade, où des groupes de manifestants, restés après la dispersion, font du bruit et refusent de partir. Très tôt, les CRS prennent position autour de nous. Axel explique calmement qu’à la deuxième sommation, ceux qui voudront partir partiront ; qu’accomplir demain notre devoir d’état est plus important que de rester ; que ceux qui peuvent rester et résister devront, s’ils aterrissent au poste, demander un avocat commis d’office et un médecin : il sera évidemment compliqué de trouver plusieurs centaines d’avocats et de médecins en même temps ! Nous continuons de rester paisibles ; au bout d’un moment, les CRS nous contournent et partent s’occuper d’autres groupes bruyants et violents.
23h : Ce soir, nous ne resterons que jusqu’à 1h du matin, a encore dit Axel. Ensuite, nous irons tranquillement nous coucher. Arrive un commissaire de police, qui parlemente avec Axel quelques instants. Celui-ci nous informe ensuite au micro : « Ce policier nous demande de nous disperser à minuit et demie, pour que nous puissions prendre les derniers métros. Si nous partons à minuit et demie, nous pouvons rester, nous ne serons inquiétés par aucun policier. Je suis très heureux de ce qu’il se passe, notre paix commence à faire son effet. Nous resterons jusqu’à minuit et demie. » Le policier part.
23h30 : Nous écoutons toujours des paroles et des textes, alternés avec des temps de silence. Ailleurs encore, des pétards, des sirènes… Il est difficile de rester tranquilles, ancrés dans sa « paix intérieure » comme le rappelle Axel, quand les camions de CRS passent et repassent dans tous les sens sur l’esplanade. Des jeunes partent, d’autres se dissipent…Certains, au téléphone, tentent de faire venir leurs amis restés avec des groupes plus violents. Axel garde son calme. Mgr Aillet, évêque de Bayonne, nous rejoint un moment, nous bénit et bénit notre « résistance spirituelle » et notre courage. Xavier Bongibault et un organisateur de la Manif pour tous nous rejoignent aussi. Un garçon récite par cœur un texte de Gramschi sur l’indifférence :

« Je hais les indifférents. (…) Ce qui se passe, le mal qui s’abat sur tous, le bien possible qu’un acte héroïque peut provoquer, tout ça revient moins à l’initiative de quelques personnes qui agissent qu’à l’indifférence, à l’absentéisme de la majorité. Ce qui arrive, arrive non pas parce que certains veulent qu’il arrive, mais parce que la majorité abdique sa volonté, laisse faire, laisse se grouper les nœuds qu’ensuite seule l’épée pourra couper, laisse promulguer les lois qu’ensuite seule la révolte fera abroger, laisse aller au pouvoir les hommes qu’ensuite seul une révolution pourra renverser. La fatalité qui semble dominer l’histoire n’est que l’apparence illusoire de cette indifférence, de cet absentéisme. Des faits mûrissent à l’ombre, juste quelques mains, à l’abri de tout contrôle, tissent la toile de la vie collective, et la masse ignore, car elle ne s’en soucie point. Les destins d’une époque sont manipulés selon des vues étriquées, des buts immédiats, des ambitions et des passions personnelles de petits groupes actifs, et la masse ignore, car elle ne s’en soucie point. »

Axel nous invite encore à examiner pourquoi nous sommes là, ce que nous voulons défendre. Nous voulons montrer notre détermination, de manière pacifique, en s’appuyant sur notre vie intérieure. Nous préférons ce que nous croyons à notre vie, à notre confort. Toujours dans un grand calme, sans exaltation, sans triomphalisme, humblement.

Minuit : Nous voyons brusquement arriver et se ranger juste devant nous dix cars de CRS, ainsi que le bus bien connu qui sert aux arrestations. Le même policier revient parlementer ; son porte-voix ne fonctionne pas, Axel lui prête le sien. « C’est bien, tout s’est bien passé, maintenant vous allez vous disperser et rentrer calmement, si vous ne voulez pas que cela se passe mal. » Axel rappelle, toujours très calmement, qu’on lui avait assuré que nous pouvions rester jusqu’à minuit et demie, et qu’il n’y aurait pas de policiers autour de nous. Il discute un peu avec le commissaire, puis reprend le micro. « Visiblement les ordres ont changé ; nos amis les policiers nous demandent de partir une demie-heure plus tôt. Là il faut que vous m’aidiez, j’ai une décision à prendre. Peut-être vaut-il mieux rester, parce qu’on nous dit minuit et demie, puis minuit, puis 22h, et demain on n’existe plus ; peut-être vaut-il mieux partir, quelques minutes plus tôt, et éviter des incidents avec les forces de l’ordre. » Sur ce, il demande au policier deux minutes de réflexion et, écartant tous ceux qui veulent le conseiller, prend seulement Alix à part. On les voit discuter quelques minutes, rejoints ensuite par deux ou trois autres.

Minuit quinze : Axel et Alix reviennent : « Chacun est libre, mais nous, nous allons rester. Ce quart d’heure qui reste ne changera rien, nous allons seulement montrer que nous sommes libres et déterminés, nous resterons jusqu’à l’heure qu’on nous a dite, dans le silence absolu. Puis, à minuit et demie, nous nous disperserons calmement et nous irons nous coucher. » Approbation muette de la « foule », par les mains.

Minuit vingt : Les CRS sortent des bus, casqués et bouclier en main, et commencent à nous encercler. Nous avons resserré les rangs, rangés en ligne, alternés garçon et fille, nous tenant par les bras, et essayons de rester dans le calme. Axel et Alix restent devant nous, nous exhortent encore à rester ancrés dans notre paix intérieure.
Minuit vingt-cinq : Nous sommes encerclés, ils sont tous proches de nous. Vont-ils nous attaquer pour quelques minutes qui restent encore ? Ils n’avancent plus. Minutes héroïques : des CRS armés face à quelques centaines de jeunes désarmés, assis par terre en silence, qui ne résistent que par la force de leur détermination. Nous sentons que la force est de notre côté, elle est intérieure, elle est dans notre confiance et dans la communauté que nous formons. Certains CRS semblent un peu interloqués ; si on leur avait donné l’ordre de nous attaquer à ce moment-là, je ne sais pas ce qu’ils auraient fait. Il paraît que la veille, l’un d’eux s’est mis à pleurer, en disant : « C’est trop beau ce que vous faites, on nous fait faire du sale boulot ! » Les minutes s’égrènent, une à une ; le moindre cri ou mouvement de panique, et tout peut exploser.
Il reste deux minutes. Quelqu’un entonne « l’espérance », et peu à peu le chant se propage, repris par toutes les voix. Il s’enfle, et devient un chant de victoire. Serrés les uns contre les autres, sans bouger, nous chantons.

Minuit trente : Axel donne le signal du départ. Tous ensemble, chantant toujours, nous nous levons et marchons calmement vers la bouche du métro. Extraordinaire moment : notre paix est victorieuse. Les CRS nous encadrent, ils ne savent pas trop quoi faire de leur force. Des ordres imbéciles fusent, certains empêchent ceux qui veulent partir à vélo ou à pied de passer, d’autres rattrapent avec violence deux filles qui partaient à pied. Certains CRS nous laissent passer, l’un d’eux crie : « Laissez tomber vos boucliers, les gars, il ne va rien se passer. » Ils sont tellement habitués aux rapports de force et à la violence, que notre manière d’agir les dépasse complètement. Ils se croient obligés de pousser ceux qui descendent dans le métro, de repousser ceux qui sont à l’extérieur… S’ils avaient eu confiance en nous, en dix minutes nous nous serions dispersés nous-mêmes dans le calme. Heureusement, pas d’incident grave, et à 1h l’esplanade est déserte.

Expérience faite, je crois que cette initiative est belle, et j’encourage ceux qui le peuvent à la rejoindre. Beaucoup de jeunes, et des moins jeunes, légitimement énervés par le déni et l’injustice dont nous sommes l’objet de la part du pouvoir et des médias, basculent dans la violence. Je crois que la vraie résistance est là, dans la force spirituelle de cette jeunesse de Paris, qui est prête à défendre la vérité, qui ne cède ni à l’indifférence ni à des pulsions de violence, qui fonde sa force sur celle de l’intelligence, celle du cœur, celle de la foi. CE SOIR ENCORE, ET LES JOURS SUIVANTS, DE PLUS EN PLUS NOMBREUX SANS DOUTE, »LES VEILLEURS » SERONT LA, SENTINELLES DE L’AURORE.

Note de Tirésias : Vous pouvez aussi vous reporter a l’article ci-dessous : La Manif Pour Tous entre dans une autre époque, moins hormonale. C’est le temps des saints qui est venu.
http://www.bvoltaire.fr/denischeyrouze/manif-pour-tous-le-temps-des-saints,19729?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=f620cdeef7-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

COUP DE TORCHON SVP.

La Génération de mai 1968, actuellement au pouvoir, est en train de montrer ses limites.

Elle est entrée dans sa phase de déclin, et compte tenu de l’âge de ses thuriféraires ayant dépassé ou approchant la soixantaine, elle ne peut en rien se prévaloir d’être porteuse d’avenir.

Que penser des problèmes de société qu’elle cherche a inventer afin de parer a son vide idéologique. Le tout est permis semble avoir vécu et les aberrations doctrinaires qui s’implantent insidieusement dans la société ne sont la que pour masquer la pauvreté de la pensée dominante, faire perdurer des situations avantageuses au seul profit de ceux qui véhiculent toutes ces inepties.

Avec la loi dite du« mariage pour tous » qui sera sans doute votée par un tour de passe-passe doublé d’un coup de force, la gauche bien assise sur les sièges d’une république qui s’écroule va finir par le payer très très cher : « On n’offense jamais plus les hommes que lorsqu’on choque leurs cérémonies et leurs usages, ce qui est toujours une marque de mépris. *»

                                                  Que va t’il se passer ?

Loin de vouloir permettre une compréhensionet une acceptation qui était acquise aux couples homosexuels, la nouvelle loi va au contraire exacerber l’homophobie et les slogans anti-pédés ne vont pas tarder à refleurir.

Je plains grave le premier couple qui osera ainsi se présenter devant Monsieur ou Madame le Maire, ce sera pour sûr un mariage à haute-tension. Réussite assurée et pourvou qu’il doure.

Ne soyons pas leurrés par les promesses de Moi Président, aucune n’est vraiment tenue et quand Moi Président est devenu président,  toutes ses belles paroles n’ont été que des foutaises. Croire une seconde que PMA et GPA ne suivront pas dans une loi sur la famille est un mensonge de plus. L’adoption plénière va davantage se raréfier et de nombreux pays fermeront a coup sûr cette possibilité a tous les couples français..                     Ensuite, les laboratoires et autres officines pour clôner, manipuler, éprouveter les générations a venir sont déjà dans les starting blocks, et des pauvresses attendent que de riches couturiers, antiquaires,chanteurs, acteurs, journalistes, et autres amuseurs du peuple aillent déverser leur semence stérile dans des ventres loués pour le seul plaisir d’avoir a s’extasier sur une progéniture qui n’aura, a un moment, de cesse de le leur reprocher.                                                                                                                                 Enfin il ne faut pas être dupe que c’est l’ultime moyen trouvé par les socialistes pour terminer le bradage de la citoyenneté française et tenter de conserver le pouvoir. On peut prédire qu’un grand nombre de ces nouveaux mariages se feront pour des motifs de pure complaisance. En se mariant avec un français de souche ou un français récent, cette fameuse chance pour la France, des candidats étrangers obtiendront (moyennant finance) cette nationalité si recherchée mais qui ne veut plus rien dire. Au demeurant je gage que les impétrants a convoler ne sont même pas homosexuels, et ne voudront certainement pas s’encombrer d’une femme ou d’un homme dont ils seraient obligés de s’occuper. Les clients sont de l’autre côté de la Méditerranée, en Afrique et les Chinois s’organisent.

                                                         Alors que dire ?

Avec 20 à 25% de français encore satisfaits du pouvoir actuel, est il raisonnable de croire une fois de plus, Moi Je. Peut -il s’imaginer, sans rire,  être encore le président de tous les français ?  Par ses  manœuvres il fait annihiler une pétition de 700000 signatures, il se bouche les yeux et les oreilles devant 1.500.000 manifestants,  n’hésite pas à les faire gazer et sans complexe ment sur leur nombre. Enfin par un tour de passe-passe il refuse le débat démocratique a une assemblée et laisse voter un texte essentiel en catimini. Mais par contre quelle branche pour vouloir éradiquer les paradis fiscaux et devenir le Monsieur Propre d’un gouvernement qui pourrit par la tête.

                          A t’il encore une légitimité ? Et sur quoi s’assied elle ?

A l’Etranger, où les différentes presses n’ont pas besoin de cirer les bottes françaises,  la voix de la France n’est pas devenue qu’inaudible, mais ridicule. mime-attachment                               Ridicule pour nos voisins belges et anglais, Comique pour les russes et les italiens qui n’en demandaient pas tant, Pitoyable pour les allemands et je gage que les socialistes de ce pays ne se presseront pas au portillon pour quémander une approbation des nôtres,  Impayable, c’est le cas de le dire, pour la Suisse, le Luxembourg et pendant qu’on y est Monaco et Liechtenstein.                                                                                                      On se gondole dans toute l’Europe et par charité nous préférons taire ce qui se dit ou se pense par delà l’Atlantique ou aux confins de l’Orient.                                                        Ce n’est pas l’opération du Mali qui permettra à M. le président de la République Française de redorer son blason, où finalement le colon abhorré est supplié de venir y  faire la police,  mais bien incapable de balayer a demeure.                                              Les Grands de ce monde ricanent de l’image que renvoie ce petit monsieur, ses propositions que ce soit pour l’Europe, sur la finance internationale, la représentation de ses ministres, la résolution des conflits. Toutes tombent a plat, au mieux ignorées pour ne pas dire purement et simplement rejetées.

En France, alors qu’il est a peine capable de gérer sa propre famille, encore plus incapable de choisir ses amis, il a prouvé en un an ce que François Mitterrand avait parfaitement décelé, un bon a rien, même pas capable de faire un ministre.

Il me revient ce qu’écrivait Jean d’Ormesson : Je veux bien croire -je n’en suis pas si sûr que pour 2012 les dés sont déjà jetés, que les handicaps du président sortant sont bien lourds pour être surmontés, que le retard est trop rude pour être rattrapé. J’imagine très bien l’explosion d’enthousiasme sur la place de la Bastille ce soir de mai 2012 où l’élection de M. François Hollande à la magistraturesuprême sera enfin annoncée. Je me demande seulement dans quel état sera la France en 2014 ou en 2015.

http://tiresias.info/2011/11/triomphe-et-tombeau-de-francois-hollande/

Nous n’avons même pas besoin d’attendre ces dates, car si effectivement Nicolas Sarkozy a vécu un chemin de croix, c’est un calvaire qui attend François Hollande. Ministres conspués, journalistes autoproclamés penseurs, familiers du prince commencent déjà à apprécier la dure loi du rejet, suivra ensuite le dégoût qui génèrera a coup sûr une violence trop longtemps retenue à l’encontre du monarque. Va t’il encore tenir 4 ans et nous par la même occasion ? N’est ce pas cocasse de voir ceux qui n’ont eu de cesse de conspuer par le passé les Compagnies Républicaines de Sécurité, nos bons CRS,  les appeler en renfort pour leur prêter assistance. Quel joli pied de nez !

 

                                                   Alors que faire ?

Ce n’est pas dans le prisme politique représenté ou non à l’Assemblée et au Sénat, encore moins au Conseil économique et social qu’il faut attendre un sursaut de démocratie, peut-être encore auprès du Conseil Constitutionnel si ceux qui ont occupé par le passé les plus hautes fonctions de l’Etat acceptent avec les autres Sages d’y prendre leurs responsabilités, mais c’est aussi au peuple que l’on veut bâillonner de faire entendre sa voix.

L’occasion est maintenant trop belle. Les masques tombent, les théories fumeuses et funestes sont débusquées, le rejet du duumvirat exécutif est de l’ordre de 75% des français si l’on s’en tient aux sondages, et le peuple  commence  enfin a voir ses écailles  lui tomber des yeux. Sans attendre un coup de balai en 2014 et 2015 qui taclera la représentation nationale, il faut dès a présent un sérieux coup de torchon.

Nul besoin d’attendre les consignes des partis et de leurs représentants qui auront beau crier qu’il faut défendre la République, ils sont hors jeu. Surtout ne plus se laisser impressionner par les comités, associations et autres ponctionneurs de subventions, leurs cris d’orfraies s’étrangleront quand la manne sonnante et trébuchante sera tarie.

Ne plus craindre de dire que l’école de la République est une immense gabegie, une « Fabrique de Crétins », au point que les excellences le sachant préfèrent mettre leurs progénitures dans le secteur privé.

Ne plus transiger sur l’état laïc. Cela signifie arrêt total du financement de tout lieu de culte, et refus des ingérences extérieures pour quelque religion qui soit.

Poursuites sans faiblesse et sans pitié à l’encontre de tous ceux qui déshonorent, détruisent, insultent le pays qui les accueille, et comme ils le souhaitent ou l’expriment que cette nationalité détestable leur soit immédiatement retirée.

Cesser d’ériger en dogme des gadgets tels parité, quotas, qui plombent le progrès la seule reconnaissance étant le mérite et l’effort.

Ne pas craindre d’aller a la rencontre des forces de l’ordre qui savent que ce n’est pas un ennemi qui les combat, mais un soutien fidèle et respectueux qui n’a rien a voir avec les voyous et dealers des zones de non droit. Leur encadrement devrait être a même de comprendre ce message.

Prendre le risque d’asphyxier le régime en mettant en place une grève générale et une grève de l’impôt. Actuellement ce sont les familles, les travailleurs et les entreprises qui plient sous les charges afin de faire perdurer un système qui n’a de cesse de les détruire et d’empêcher l’explosion sociale qui finira bien par arriver : ce système que le même Jean d’Ormesson a appelé INAPTOCRATIE : un système de gouvernement, où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle.

 Ne plus rougir ni avoir peur de se faire traiter de fasciste ou de populiste quand un énorme nettoyage devra s’effectuer, il en va maintenant de la survie d’un peuple riche de 2000 ans d’histoire.

                                               QUI DONC ? ET AVEC QUI ?

La tâche est immense, un gouvernement d’Union Nationale qui pourrait être la bouée de secours du capitaine de pédalo est impensable ou ce serait une nouvelle trahison. François Hollande par son intransigeance, son double jeu, ses mensonges a répétition est définitivement hors jeu, il n’y a pas de raison dans l’immédiat de souhaiter un retour de Nicolas Sarkozy, trop de haines se sont cristallisées sur l’homme et il ne pourra pas être un rassembleur. Les anciens premiers ministres issus de l’UMP sont eux aussi à proscrire, et le Front National a lui seul n’est pas une réponse.

Des hommes et des femmes neufs, aux idées simples et de bon sens, issus de toute la Nation a l’exception des apparatchiks socialistes,  des crypto-communistes,  du front de gauche et  autres collabos de l’Islamo-fascisme sont a éliminer d’emblée. Les journalistes qui visiblement ont transgressé les bornes de l’impartialité devront en payer le prix, au même titre que les magistrats, avocats et hommes politiques qui ont scandaleusement faillis.

La voie est rude, elle est peuplée d’embûches, il ne faut rien lâcher surtout lorsqu’on est au dessus du précipice. Il y a encore des français qui aiment et qui croient en ce pays, qu’ils se retrouvent le 21 avril à Paris, c’est le rendez-vous de la dernière chance. Le pouvoir vient de montrer son véritable visage en mettant au trou 67 opposants. Il prend peur.

Inutile de faire des perfusions a la République quand c’est la France qui se meurt.

* Montesquieu : Considérations sur les causes de la Grandeur des Romains et de leur  Décadence.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/322170-lutte-contre-les-privilegies-quand-hollande-stigmatise-son-propre-milieu-social.html

Liste de 85 individus recherchés par la police : source officielle du Ministère de l’intérieur, en date du 20 mars, il convient d’ajouter désormais Redoine Fahid.
http://www.avisderecherches.interieur.gouv.fr/personnes1.asp?T=R&P=0

Eclat de rire : Cahuzac était donc le seul ministre socialiste à planquer son fric ?

Publié le 16 avril 2013 par Lucie Clavijo – Article du nº 299
Riposte laïque
Finance et Socialisme : les deux mamelles de l’arnaque

Hollande veut transformer le Cahuzagate en R.A.S., Rien A Signaler.

Circulez, il n’y a rien de plus à voir , ni à déclarer (aux impôts)…

Nous entendons autre chose, de bien plus proche de la réalité.

République Socialiste Arnaqueuse.

Le grand soir a sonné. Le 15 avril 2013, les ministres de gauche donnent leur patrimoine en pâture à la piétaille électorale, qu’il faut bien essayer de calmer, les municipales se profilant lentement mais sûrement à l’horizon 2014.

Première remarque : si CAHUZAC n’avait pas bêtement couacqué en s’enferrant dans des mensonges très socialistes, HOLLANDE n’aurait jamais bougé un cil pour pousser à la publication des patrimoines.

Qui croît qu’il se réveille tous les matins en voulant se faire hara-kiri…. ?

C’est vraiment contre leur gré que les socialistes abordent la question qui fâche. Mais ils savent faire contre mauvaise fortune (sic), bonne arnaque !

Le Président acculé doit faire quelque chose pour donner l’impression qu’il agit enfin en conformité avec son bla-bla électoral prétendant moraliser la vie politique française. Mais là, c’est vraiment de force et faute d’une autre solution.

Il doit ‘urger dans l’urgence’, car il commence à faire très froid dans les sondages, et des échos remontent des fédérations PS, comme quoi l’image présidentielle entrevoit le fond de la fosse de Marianne !

Alors quitte à se mettre à dos une partie du Parti, il fallait absolument endiguer le tsunami et pendant qu’on révèle le connu, on continu à protéger l’inconnu.

Ce qui était inconnu des services fiscaux le restera, n’en déplaise aux dernières cliques de thuriféraires enfumés au cannabis, qui encensent Hollande et le PS.

Il paraît que vivre dans une parfaite ignorance rend certains êtres plus heureux.

Alors que nos bienheureux ignorants, s’ils doivent utiliser leur cerveau une seule fois par an, le fassent pour s’interroger au moment d’aller voter, sur les salades et les coquecigrues dont on les gave à outrance.

En effet, prétendre que les ministres et élus devront révéler leur patrimoine consiste tout simplement à nous prendre TOUS, citoyens et électeurs, pour des débiles profonds.

Que vont nous dévoiler les élus ? Ce que nous savons déjà et qui est parfaitement accessible le plus légalement du monde

Depuis longtemps, on peut consulter les informations fiscales, les Cadastres des Hypothèques, etc.

Ils vont montrer leur patrimoine en France, pas ailleurs. Quelle découverte renversante. Le maire de Trifoullis les Oies possède une ferme bressane renovée qui vaut 450000 euros ! Il payait même tous les ans son foncier et sa taxe d’habitation. C’est du lourd !

Hollande sait trouver ce qui vous change une République confisquée et bien confite dans le socialisme fonctionnarisé, en une République de neu-neu, contents de savoir qu’on les prend pour des attardés.

On saura enfin que quelques uns paient même l’impôt sur la fortune ! Triste nouvelle pour le coco de base (si, si ça existe encore), qui avait encore du retard à l’allumage. La gauche est riche, rarement multimilliardaire, mais bien à l’aise dans ses babouches de luxe. On y paie son ISF, on part en vacances dans des 5 étoiles (pas rouges…), on entretient des poules qui mangent du grain de caviar, la totale. Ils ont du fric, et maintenant qu’ils vont être obligés de le faire savoir en place publique, le fric va probablement développer comme une odeur de ‘sainteté’.

Avant le fric, c’était sale, c’était de droite !

Vous serez étonnés de découvrir comme le fric de gauche sent bon la rose !

Parce qu’à gauche on a des valeurs (re-sic) !

La gauche bon, la droite, pas bon.

Il y en a qui se contentent de cela pour prétendre gouverner.

Qui est assez stupide pour croire que les amis de Hollande vont déclarer ce qui couve bien au chaud, loin des inspecteurs du fisc et des journalistes ? Ce qui fait des petits depuis des décennies ! Si vous en trouvez un qui vient, pieds nus et la corde au cou devant l’Elysée, avouer qu’il a un compte en Suisse, je me fais socialiste !

Même les déclarations en France, sont sujettes à caution et limite ridicule : une SCI, quel bel outil pour baisser une valeur immobilière ! Un mariage en séparation de biens, idem ; les comptes des enfants, c’est bien pratique. L’escroquerie intellectuelle à ce degré touche au génie ou à la perversion.

Ce n’est parce que CAHUZAC a pataugé puissance dix, que toutes les autres sont aussi bêtes ! La seule différence entre CAHU et les zôtres, c’est que pendant les 4 mois où MEDIAPART essayait de faire sortir l’affaire, les élus et politiques concernés par ce type de scandale, ont surtout eu le temps de voir venir la tempête et de verrouiller encore plus leurs avoirs à l’étranger.

Imaginons, ce n’est pas encore totalement interdit, imaginons que des conseillers élyséens bien intentionnés fassent passer un message du style : « avis de tempête sur le patrimoine d’ici quelques semaines…le compte à rebours se rapproche…mais on ne fera rien tant que tout ne sera pas sécurisé…suivez bien notre strabisme fiscal divergent transalpin et subpyrénéen… »

Que les derniers naïfs, lèvent le doigt et prennent le sens du vent : croyez-vous que la Suisse et la bande à Picsou (Luxembourg, Caïmans, Andorre, Monaco et tout et tout) vont se tirer une balle dans le pied et lever le secret bancaire ? Soyons sérieux. De nouveaux mécanismes, toujours plus sophistiqués et opaques permettent à ceux qui en ont besoin (pas ceux qui sont DANS le besoin) de protéger encore plus efficacement leurs avoirs. Point barre.

Ces mécanismes font d’ailleurs que nos « paradis fiscaux de proximité » ont perdu beaucoup de leur attrait. Combien de richards droite-gauche déclarent au fisc français leur appartement à DUBAÏ et leurs petits placements qataris ??? Beaucoup d’argent s’est envolé sur des fonds intouchables. Et des propriétés hors d’atteinte des curieux. Tous les pays du monde n’ont pas des accords fiscaux avec la France….

Après, occupons le petit français bien moyen qui rame avec son SMIC, en lui assenant une soi-disant attitude morale, censée maintenir son intention de vote à gauche. Tenons jusqu’aux vacances, et ensuite c’est l’été, et on enterrera tout ça. Bien discrètement, et en troisième classe.

CAHUZAC serait presque un idiot utile ; le scandale étant irréversible, autant l’utiliser dans le sens du moindre mal. Bizarrement, pendant qu’on étale les petits patrimoines gentillets, on ne parle presque plus de MOSCOVICI ! Et encore moins de HOLLANDE qui ignorait tout, sans le faire exprès, mais à l’insu de son plein gré….

Toujours ça de pris !

Enfin on va nous vaporiser des gouttelettes du patrimoine ministériel archi-connu ( !) , alors que le problème est à une tout autre échelle : bien des gens de l’ombre politique auraient des choses intéressantes à dire, mais ils restent prudemment dans les « réseaux ». Ils sont bien là, bien présents, mais presque invisibles aux yeux du grand public. Là est le VRAI problème. Et tant qu’il y a aura des réseaux, il y aura autant de joueurs de pipeaux que d’auditeurs bien enfumés et bien béats pour s’en émerveiller.

De Gaulle disait : « Les Français sont des veaux ». La gauche a bien appris la leçon !

Il n’est pas trop tard pour montrer qu’il se trompait et que nous ne sommes pas tous des veaux-tants.

A bon électeur, salut !

Lucie Clavijo

HOLLANDE EST EN TRAIN DE PERDRE LES PEDALES !

UN CITOYEN EN COLERE, c’est Gérard Machot ! Avec Ses billets d’humeur sans concession… Donc aucune censure !!! Et un vrai régal !!!
Repris de l’Observatoire du Mensonge :
un citoyen en colère
Le titre de cette tribune est de Tirésias.

UN CITOYEN EN COLERE
Capture d’écran 2013-04-11 à 10.36.59

par Gérard Machot

Suite à l’ intervention de Monsieur Hollande sur les mesures adoptées après l’affaire Cahuzac :

Il va sans dire qu ‘avec une telle  » (im)popularité  » déjà dans notre propre pays, et vis à vis de l’étranger si on en juge par les propos rapportés à son sujet par la presse étrangère, Monsieur Hollande risque d’accroitre son capital de personnage de peu d’envergure internationale , si l’on en croit les propres paroles de sa déclaration de ce midi.*

Nous avons déjà vu les déclarations martiales concernant la renégociation du traité Européen… on a vu ce qu’il en est advenu…

En l’écoutant, j’ai été surpris et mon attention attirée sur les termes employés : « je veux éradiquer les paradis fiscaux »

J’ai aussitôt pris mon dictionnaire, afin d’être bien sûr de la définition du mot                    « éradiquer » dont les synonymes sont : supprimer d’ une manière un peu brutale, détruire, etc etc…

Toujours avec l’ esprit juridique qui m’anime, je me suis posé la question de savoir l’effet que cela pourrait avoir sur nos partenaires Européens et tous les autres pays de la planète quand un seul pays, entend à lui tout seul supprimer un état de fait qui perdure depuis des décennies…

Certes il convient d’ éviter les évasions fiscales inconsidérées, mais ne vaut-il mieux pas en discuter à plusieurs comme à tenté de le faire au G20 Nicolas Sarkozy où les plus importants pays de la planète étaient représentés.

Monsieur Hollande n’aime pas la finance, et le fait savoir. Après tout c’est son droit mais il ne doit pas oublier qu’il représente la France et que notre pays qu’on le veuille ou non est intégré dans la logique économique de l’Europe et que l’économie mondiale ne peut être abordée sans la finance..

Alors quoi faire, se replier sur nous-mêmes, refermer nos frontières, vivre en autarcie ? Décourager tous les investisseurs, créateurs en les taxant à outrance dès qu ‘ils produisent quelque chose..

Je crains fort que nous n’ allions pas très loin, car cette vision « passéiste » où la relance se fait par la création d’ emplois publics qui deviennent à force pléthoriques n’est pas la solution, loin s’en faut

Et puis les « paradis fiscaux » que Monsieur Hollande souhaite « éradiquer » sont des états de droit jusqu ‘à plus ample informé et non des îlots aux mains de barbares et de pirates….(La Suisse, Le Luxembourg, le Lichtenstein et Monaco apprécieront)

Les îles Caimans si souvent citées, sont rattachées à la Couronne Britannique, et je vois d’ici l’engouement de Monsieur David Cameron à collaborer à l’éradication à la mode Hollandaise d’un état appartenant à la Couronne Britannique..

Les Etats-Unis n’ont-ils pas signé en 2002 un accord avec ces Îles concernant les échanges d’ informations fiscales afin de ne pas pénaliser le Trésor Américain..

Toute raison gardée il me semble que c’ est juridiquement la voie à suivre plutôt que de faire ces déclarations incantatoires et péremptoires qui ne convaincront personne car on est en la matière dans ce qu’est le droit international qui dépasse très largement les intérêts d’un seul pays dont l’ambition est de faire partager par tout le monde des théories économiques qui n’ont plus court nulle part ailleurs..

Alors en conséquence, il vaut mieux encore une fois « balayer » devant notre porte, faire en sorte que tout le monde en France (il y a déjà fort à faire) paye les impôts qu’il doit en fonction de ses revenus, plutôt que de partir en guerre à la Don Quichotte contre un problème que l’ on ne peut régler seul, La France y gagnerait en crédibilité et en respect.

* ( mercredi 10 avril – note de Tirésias )
Capture d’écran 2013-04-14 à 10.48.57

http://www.israel-flash.com/2013/04/hollande-plainte-penale-deposee-contre-lui-video-du-plaignant/#axzz2QNb7rZ5M