Moralisation de la vie publique : voilà ce que ferait Hollande, s’il ne cherchait pas à nous enfumer

Article publié le 13 avril par :
http://ripostelaique.com/moralisation-de-la-vie-publique-voila-ce-que-ferait-hollande-sil-ne-cherchait-pas-a-nous-enfumer.html
(deux illustrations photographiques sont du fait de Tirésias).

Prévarication… Concussion… Manipulation… Ils n’en meurent pas tous (hélas ?) mais tous (ou presque…) en sont frappés !

Le tocsin est sonné, L’Elysée et Matignon s’affairent à élever la muraille qui doit les protéger… Le pelé, le galeux d’où le mal est venu est cloué au pilori après avoir été adulé par les mêmes… Les larbins des médias écrits et audiovisuels sont appelés à la rescousse et ne ménagent pas leur peine servile…

Il faut sauver le capitaine qui n’est même plus capable de diriger un pédalo…

A 25% d’opinions « favorables » (juste le niveau de la « clientèle électorale » socialiste et assimilée), la côte d’alerte est atteinte…
Ri7Varennes

Le brigadier a frappé les trois coups sur la scène politicienne, les ministres s’y collent : en rangs serrés les béni-oui-oui du système nous ouvrent leur patrimoine pour se donner l’air d’une sincérité qu’ils n’ont plus depuis longtemps et qui ne convainc personne, il faut bien le dire, tant les stigmates de leur malhonnêteté intellectuelle comme humaine sont visibles à travers leurs comportements d’apparatchiks « congénitaux » ou de professionnels de la moindre mandature… Se servir avant de servir, il y a longtemps que ces gens nous ont montré que c’est leur leitmotiv de situation. Il y a même un sénateur socialiste pour l’avouer (1).

« Nous allons déclarer »… tous ensemble ! Tous ensemble, ouais ! (Bon, il y a des réticents à la Mélenchon ou à la Mamère… mais ils se suicident, et c’est tant mieux !)

Et la Carlotti, que personne ne connaît tant elle n’est que potiche au gouvernement, mais qui brigue la mairie de Marseille (voilà un objectif qui l’occupe à plein temps, le sort de la France et des français, elle n’en a rien à cirer…) s’y colle en premier… (2)

Et la rigolade s’amplifie…

http://www.youtube.com/watch?v=G0fqzrLrpDs&feature=youtu.be

Patrimoine ? 270 000 euros pour 130 m² habitables dans le 5ème marseillais, j’achète tout de suite… 2 autres appartements dont sont déclarées les valeurs d’achat et non les valeurs du moment… Patrimoine individuel ? Du couple selon la nature du mariage ? Partie cédée à la descendance ? Revenus totalement exprimés ? Quid du non fiscalisé, des avantages en nature, des indemnités et jetons de présence liés aux multiples sièges de représentation ?

Bref, pour qu’une déclaration individuelle soit acceptable, il faut que celui qui déclare soit irréprochable dans son comportement, ses choix, ses prises de position… transparent, donc !

Qui peut croire que cela est aujourd’hui quand on s’aperçoit que le mensonge est devenu une manière de diriger à quelque niveau que ce soit… et que le président actuel a lui-même sous-estimé son patrimoine pour pouvoir dire qu’il ne paie pas l’ISF ? Imagine-t-on Cahuzac déclarant son compte suisso-singapourien ? Et Kucheida dévoilant le patrimoine acquis avec la « carte bleue collective » ? (3)
Capture d’écran 2013-04-09 à 09.26.21

Tout ce tohu-bohu autour des futures « déclarations de patrimoine » présentées comme l’alpha et l’oméga de la transparence politique n’est qu’une vaste opération d’enfumage destinée à faire oublier et le carriérisme politicien de ceux qui sont aux affaires à tous les niveaux depuis plus de 40 ans, et les mensonges et manipulations qui les caractérisent quand ils prétendent diriger la France et s’intéresser au sort des Français.

Prenons donc le squatteur de l’Elysée au mot… Il veut « moraliser » la vie publique…

Qu’à cela ne tienne, voilà des mesures à prendre, et immédiatement, et qui non seulement ne coûteront rien mais au contraire allègeront les finances publiques..

A tout seigneur, tout honneur… Que Flamby, qui aime le « mariage pour tous » (mais pas pour lui) commence par mettre dehors l’espèce de concubine qui vit aux crochets de l’Etat sans être représentative de quoi que ce soit, sinon de l’alcôve présidentielle… puis qu’il corrige sa propre déclaration de patrimoine et qu’il paye l’ISF auquel il devrait être assujetti…

Qu’il fasse ensuite le « ménage » autour de lui : que tous les ministres, députés, sénateurs, élus divers socialistes mis en examen, ou soumis à des enquêtes judiciaires, condamnés ces dernières années ou impliqués dans quelque malversation que ce soit, soient amenés à démissionner sans espoir de retour… C’est vrai, ça ferait du vide, mais on respirerait mieux sans Guérini, Andrieux, Cambadélis, Ciot, Navarro, Huchon, Ayrault et consorts (on en connaît une bonne soixantaine)… sans oublier Jean-Philippe Désir, alias Harlem, dont « les casseroles » agressent nos oreilles de leur stridence indécente.

Que les situations réelles des candidats aux fonctions de gestion soient l’objet d’enquêtes préalables à leur élection et conduites par des organismes indépendants qui surveilleront, ensuite, l’évolution de leur patrimoine et autres revenus…

Mais l’essentiel, bien sûr, est ailleurs… Si l’on est sincère, si l’on veut « établir la vertu en République », alors il faut frapper fort.

Un seul mandat exécutif ou législatif, deux fois renouvelable, par individu… L’impossibilité d’y ajouter des responsabilités annexes (conseil d’administration de ceci, conseil de gestion de cela, sociétés d’économie mixte…) souvent porteuses d’indemnités et autres « jetons de présence » qui permettent d’augmenter sensiblement les revenus sans le montrer (voir l’exemple du député-maire socialiste de Caen qui cumule ainsi 28 titres divers et variés !) et de se construire un fief électoral sur la base du clientélisme.

Des indemnités raisonnables, fiscalisées et non cumulables, donc, mais aussi une diminution de 15 à 20% du nombre d’élus au niveau national comme au niveau local… En même temps, lancer la réflexion pour fusionner départements et régions, supprimer l’intercommunalité et revoir l’échelon administratif européen (tout en posant la question du devenir de cette Europe qui nous détruit!)

Parallèlement, supprimer les dizaines d’officines, comités, conseils, observatoires d’Etat qui ne servent qu’à caser les amis et à leur assurer un pantouflage doré aux frais des contribuables. Dans le même esprit, « sucrer » toutes les subventions aux associations squelettiques du type SOS-Racisme, MRAP, … (la liste a été faire par « Les Contribuables Associés » – à voir sur leur site) ou aux syndicats-bidons du monde scolaire et étudiant dont le seul but est d’assurer la subsistance des futurs responsables socialistes ainsi préparés à leur mission d’apparatchik bien dans le moule… Les exemples de Désir, de Fodé Sylla et de Bruno Julliard en sont comme une caricature. !

Et, bien entendu, effacer toutes les fonctions inutiles des chargés de mission et autres attachés de cabinets qui, dans les collectivités territoriales comme dans les instances nationales, rassemblent des « militants » politiques (pépinières de futurs candidats aux élections) payés par l’argent public, violation flagrante du principe de laïcité.

Ces initiatives de bon sens et de première nécessité ne doivent pas masquer toutes celles qu’un vrai pouvoir attaché à la transparence, à la moralité, à l’authenticité de la vie publique devrait engager : part importante de proportionnelle dans tous les scrutins, droits de l’opposition, pouvoir de décision donné aux organismes de contrôle du type des Chambres Régionales des Comptes, pluralité de l’information destinée au public, prise en compte des manifestations publiques et massives des citoyens, référendums sur les grandes questions engageant l’avenir de la société française…

Oui, c’est un vaste chantier qui doit être ouvert si l’on veut que la démocratie et la laïcité fondent vraiment notre République , en donnant à ces deux mots leur sens originel d’intervention du Peuple.

Mais ce n’est pas cela que veut le joueur de pipeau de l’Elysée : pour lui, il faut agiter une « muleta » devant les yeux des citoyens pour les détourner de l’essentiel et les asservir par les apparences. Limiter les dégâts, noyer « le poisson des problèmes » dans l’eau saumâtre des décisions illusoires, faire croire , à grands renforts des buccins des cohortes journalistiques prébendières et aux ordres, que l’on veut soigner le mal qu’on a fabriqué.

Non, la première solution, c’est : Hollande, dehors ; dissolution des Assemblées ; retour devant le Peuple.

Empédoclatès

1 – http://gorce.typepad.fr/blog/2013/04/la-crise-dun-syst%C3%A8me.html

2 – http://www.macarlotti.com/a-propos/declaration-patrimoine/

3 – http://www.lobservateurdudouaisis.fr/article/08/04/2013/tribunal-de-douai–jean-pierre-kucheida-juge-mardi-pour-abus-de-biens-sociaux/4323

Capture d’écran 2013-04-09 à 09.32.39 (1)

La République « EXEMPLAIRE  » de Hollande est une grande farce que tout citoyen patriote doit dénoncer sans relâche.

Cahuzac, ministre esclavagiste, fraudeur et menteur : un socialiste normal !

Ca y est, Jérôme Cahuzac a avoué ! Il a bel et bien des comptes en Suisse et à Singapour depuis 20 ans.
Capture d’écran 2013-04-05 à 09.36.22

Que ces derniers n’aient pas été abondés depuis 2001 ne change rien à l’affaire. Le blanchiment de fraude fiscale a bien eu lieu, et le bonhomme a commis un parjure que rien ne pourra jamais faire oublier et encore moins être pardonné.

On rappellera une autre affaire Cahuzac quand en 2007 il fut condamné » sans peine ni inscription au casier » pour avoir employé dans sa clinique, au noir, une femme de ménage Philippine sans papier, payée en espèces de juillet 2003 à novembre 2004. Son avocat parla » d’erreur, de négligence ». La situation rentra dans l’ordre rapidement après paiement de ce qu’il devait à l’Urssaff et embauche régularisée de la jeune femme qu’il aida bien gentillement dans ses démarches.

Quand on est élu socialiste, faire travailler au noir une personne en situation irrégulière, c’est faire preuve de générosité et de charité chrétienne.

Quand on est élu socialiste, on a le droit de ne pas être regardant sur les devoirs de l’employeur et les droits des travailleurs. Monsieur Cahuzac éprouva un grand soulagement à » sortir de cette médiocrité « , le respect des lois étant fait pour la populace et non pour ceux que cette dernière a le mauvais goût d’élire.

http://www.ladepeche.fr/article/2007/11/10/223413-jerome-cahuzac-reconnu-coupable-mais-sans-peine.html

On rappellera également le soupçon qui pèse sur les déclarations d’ISF de l’ancien Ministre qui aurait sous évalué le montant d’un appartement parisien.

www.bsavenir.fr/2013/02/11/les-mecomptes-fiscaux-de-jerome-cahuzac

On rappellera, enfin, qu’il aurait déclaré un prêt parental déjà remboursé.

http://actualite.portail.free.fr/france/21-12-2012/l-administration-fiscale-enquete-sur-le-patrimoine-de-jerome-cahuzac/
Mais ne soyons pas médisants, ce ne sont que des soupçons et Monsieur Cahuzac bénéficie comme tout citoyen de la présomption d’innocence. Les yeux dans les yeux, il affirmera peut- être que tout ceci n’est que propos diffamatoires, et que depuis le début c’est lui qui dit la vérité.

Maintenant, le pauvre, il est dévasté par le remords.

Un individu payant au black une employée en situation irrégulière pendant 16 mois, ce même individu pratiquant le mensonge public sans bouger un cil prouve que ce ne sont pas les scrupules qui l’étouffent alors, le remords, à mon avis, c’est juste pour la forme.

Et s’il se sent dévasté, c’est que le changement de régime, pour lui, c’est maintenant !

Les réactions de ses amis ne se sont pas faites attendre :

- Le premier Ministre s’étonne (ou feint de s’étonner) : » je n’avais aucune raison de ne pas croire Jérôme Cahuzac « . Aurait-il l’obligeance de nous dire alors quelles étaient ses raisons de le croire ?

Quelle légèreté dans l’exercice du pouvoir ! Quelle négligence, quelle inconséquence !

Quel mépris pour les gens du peuple lesquels à certaines occasions et bien moins importantes que celle de nommer une personne Ministre doivent montrer patte blanche sous peine de ne pas obtenir un prêt ou un diplôme.

Moscovici qui il y a encore quelques jours saluait la décision du Ministre du Budget de se retirer du gouvernement pour défendre son honneur – il va avoir du pain sur la planche- affirme avec force qu‘il a joué son rôle, tout son rôle et rien que son rôle avec les outils qui étaient les siens.

Après avoir eu un Président Normal, nous avons fait récemment connaissance avec un Président Monsieur Bricolage et sa jolie boîte à outils, place à présent à un Pierre Moscovici, ministre, pareillement bricoleur qui utilise des outils » rien qu’à lui « .

Arnaud Montebourg, le regard fuyant, laisse échapper un » les bras m’en tombent » ( ce qui est très embêtant pour un chargé du redressement productif ) qui ne convainc personne, et il ajoute, pressé de se débarrasser du journaliste que « c’est un rude coup pour la parole publique, en général « . Belle exemple de langue de bois.

Les paroles de Laurent Wauquiez ne sont pas sans rappeler ce qui se disait dans les coulisses à propos de DSK, à la différence que si DSK avait une réputation de Don Juan invétéré, Jérôme Cahuzac avait celle d’un » personnage sulfureux » dont » le rapport à l’argent n’était pas clair. »

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/04/03/97001-20130403FILWWW00306-cahuzac-personnage-sulfureux.php

Encore un élu politique dont le passé livrait des renseignements tels qu’il n’aurait jamais du occuper sa fonction.

Car que nous apprend, en réalité, cette scandaleuse affaire ? Qu’elle aurait pu être évitée si toutefois le recrutement des ministres était fait dans les règles de l’art, comme tout recrutement à des postes à très hautes responsabilités. Normallement.

Elle nous apprend aussi que si le Président se montre si peu pointilleux quant aux qualités morales telles que l’intégrité, la probité, l ‘exemplarité que tout citoyen est en droit d’ exiger des futurs ministres, c’est très vraisemblablement que s’il était sourcilleux, il n’y aurait plus grand monde en lice.

Jérôme Cahuzac est un fraudeur, un menteur, un imposteur qui a commis un parjure définitivement impardonnable.

La République » exemplaire » de Hollande est une grande farce que tout citoyen patriote doit dénoncer sans relâche.

Caroline Corbières

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-302575-jerome-cahuzac-mis-en-examen-pour-blanchiment-et-fraude-fiscale.html

Article paru dans le n°297 de Riposte laïque

Les Mensonges de Manuel Valls – Les Preuves.

Posté par Thomas DEBESSE le 31/03/2013 à 20:30. Licence CC by (copiez-moi !)

Lors de mes dernières aventures, j’ai photographié « La Manif Pour Tous » et ses manifestants sous de nombreuses coutures.

Le soir de la manifestation

Le soir de « La Manif Pour Tous », Manuel Valls était interrogé au micro d’i-télé :

« Manifestement les organisateurs ont été débordés, incapable parfois d’organiser cette manifestation. Ils avaient lancés un certain nombre de consignes pour manifester sur les champs Élysées malgré les interdictions, ce qui a amené, en début d’après-midi une situation délicate qui a été parfaitement maîtrisée les forces de l’ordre. »

«Moi j’en appelle à la responsabilité de tous ceux qui ont organisé cette manifestation, de tout ceux qui ont appelé à cette manifestation pour que chacun tire les leçons de ce type de débordement. »

Premier mensonge : les organisateurs ont été débordés.

Le 22 mars, la préfecture de police déclarait attendre 100 000 personnes, le 24 mars à 17h50, elle annonce un nombre trois fois plus grand, 300 000. La préfecture de Police a donc elle-même reconnu avoir été débordée.

Que s’est-il passé sur les lieux autorisés, quand la police était débordée ?

Deuxième mensonge : ceux qui ont subi les mesures des forces de l’ordre sont des manifestants sur les champs ayant bravé les interdits.

Manuel Valls savait

Date : 2013-03-24 16:07:17, localisation : 48° 52′ 25.43″ N, 2° 17′ 34.19″ E (avenue Foch).
Voir la photo originale.

Le policier sur la photo a effectivement fait usage de sa lacrymo, et ce à travers le cordon de sécurité mis en place par « La Manif Pour Tous », visant les manifestants et touchant évidemment les bénévoles en première ligne :

Lacrymo
Date : 2013-03-24 16:05:13 (avenue Foch).

Lacrymo
Date : 2013-03-24 16:05:14 (avenue Foch).

Sur ces photos, ceux qui subissent les lacrymos sont des manifestants normaux, sur un lieu autorisé, à l’heure prévue.

Cette scène a fait l’objet d’une vidéo :

 

Cette vidéo peut être également visionnée sur Dailymotion, ou bien téléchargée dans son format original.
Troisième mensonge : une situation délicate qui a été parfaitement maîtrisée par les forces de l’ordre.

Les policiers ont été dépassés par le nombre trop grand de manifestants, parce que sous-évalué. Ce sont les volontaires de « La Manif Pour Tous » qui ont réussi à rétablir l’ordre, en calmant à la fois les policiers et les manifestants.

Aussi, il est à noter que les manifestants étaient dans une très mauvaise situation. Est remise en cause la disposition des forces de l’ordre dans une situation mettant en danger les manifestants et bloquant les secours.

Cul-de-sac
La tête de cortège de l’avenue Foch ne peut rejoindre la Grande Armée et toute l’avenue Foch est tenue à l’écart des événements.

Gazage avenue Foch :

Ça gaze ?
Date : 2013-03-24 15:37:48, localisation : 48° 52′ 25.49″ N, 2° 17′ 33.91″ E (avenue Foch).

Victime avenue Foch :

Victime
Date : 2013-03-24 16:07:54, localisation : 48° 52′ 25.43″ N, 2° 17′ 34.19″ E (avenue Foch).

Le 26 mars à l’Assemblée Nationale

Ensuite, à l’Assemblée Nationale, Manuel Valls a ajouté :

« M. Le président, M. le député, le lieu de ce rassemblement a seulement été décidé jeudi dernier du fait de l’absence de toute coopération des organisateurs, et dans ce temps très court la préfecture de police a tout mis en œuvre pour assurer la sécurité des manifestants, mais les organisateurs ont été dépassés par des extrémistes. Il y a eu de nombreux messages appelant à ne pas respecter l’arrêté interdisant le secteur des Champs Élysées, ces débordements étaient donc prémédités. »

«Les forces de l’ordre ont fait cesser ces débordements auxquels ce sont livrés quelques centaines d’individus extrémistes déterminés que je ne confond pas avec les simples manifestants entraînés malgré eux. Il n’y a eu aucun tir de grenade, et parler d’enfants gazés est tout le moins un douteux amalgame scandaleux dont vous n’avez pas le droit de prononcer ici dans cet hémicycle. »

«Étaient sur place des militants du bloc identitaire, des jeunesses nationalistes, de renouveau Français, du GUD, d’Europe Jeunesse.

Les faits qui sont reprochés à ces individus sont graves : agressions physiques contre les forces de l’ordre, dégradation de biens publics, jets de boulons. Ces actes, je l’ai déjà dit dans d’autres occasions, sont intolérables, aucune exception ne peut être justifiée. »

«Moi je suis cohérent, le gouvernement est cohérent, vous n’êtes pas cohérent. »

« Je veux saluer enfin la maîtrise, le sans-froid, le professionnalisme du préfet de police, des policiers et des gendarmes qui ont garanti l’ordre républicain et qui ont évité tout drame parce que les organisateurs n’avaient pas bien préparés ce rassemblement. »

 

Plusieurs mensonges précédemment mis en lumière reviennent, le fait d’attribuer à « La Manif Pour Tous » la responsabilité de :

  • l’incapacité de la préfecture de police à autoriser un lieu réclamé depuis le mois de janvier.
  • l’incapacité de la préfecture de police de déclarer son incapacité à moins d’une semaine de l’événement (cette incapacité étant conséquence de l’incapacité précédente).
  • l’incapacité de la préfecture de police à autoriser un lieu de manifestation avant la semaine de l’événement (cette incapacité étant conséquence de l’incapacité précédente).
  • l’incapacité de la préfecture de police à préparer la sécurité d’un lieu de manifestation de plusieurs centaines de milliers de personne (cette incapacité étant conséquence de l’incapacité précédente).

On retrouve le mensonge des forces de l’ordre qui ont fait cesser des débordements.

Quatrième mensonge : parler d’enfants gazés est un amalgame

Enfants victimes avenue Foch :

Familles
Date : 2013-03-24 16:07:00, localisation : 48° 52′ 25.46″ N, 2° 17′ 34.10″ E (avenue Foch).

Refuser de compter des enfants parmi les victimes est un mensonge. Refuser de compter des enfants parmi les victimes sur les lieux autorisés est un mensonge.

Parler d’enfants gazé n’est pas un amalgame, ce qui est scandaleux c’est de les amalgamer à des « militants du bloc identitaire, des jeunesses nationalistes, de renouveau Français, du GUD, d’Europe Jeunesse ».

Cinquième mensonge : amalgame entre ces personnes et « La Manif Pour Tous » :

« Étaient sur place des militants du bloc identitaire, des jeunesses nationalistes, de renouveau Français, du GUD, d’Europe Jeunesse. »

« Les faits qui sont reprochés à ces individus sont graves : agressions physiques contre les forces de l’ordre, dégradation de biens publics, jets de boulons. Ces actes, je l’ai déjà dit dans d’autres occasions, sont intolérables, aucune exception ne peut être justifiée. »

 

Puisque Manuel Valls reconnaît lui-même que les actes illégaux sont à imputer à des organisations étrangères à « La Manif Pour Tous », comment peut-il faire cet amalgame ?

Manuel Valls est capable de citer les noms des organisations étrangères à « La Manif Pour Tous » et leurs actions sur des lieux non autorisés.

Comment Manuel Valls peut-il justifier le gazage de familles de « La Manif Pour Tous » manifestant sur des lieux autorisés sans dégradations ni agressions physiques en citant les actes illégaux de personnes étrangères à « La Manif Pour Tous » sur des lieux non autorisés ?

En citant ces organisations distinctes de « La Manif Pour Tous » et attribuant leurs actes à « La Manif Pour Tous », Manuel Valls remet en cause l’honnêteté de ses propres paroles.

Ce cinquième mensonge en contient un sixième.

Sixième mensonge : Les actes des un justifient l’agression des autres.

Manuel Valls soutient que les actes des un justifient d’agresser d’autres, même ceux qui font exception (qui n’agressent pas et sont ailleurs sur un lieu autorisé).

Heureusement, une telle conception de la justice est erronée.

Septième mensonge : Il y a eu des dégradations de biens publics

Lesquels ? La citation des jets de boulons est également étonnante, Manuel Valls se serait-il trompé de manifestation en commentant le rapport d’une autre manifestation d’ouvriers d’une usine ?

Huitième mensonge : Manuel Valls est coherent.

Ce qui contient un mensonge de plus (celui qui ment en disant « je ne mens pas » ment deux fois)

Neuvième mensonge : Le gouvernement est cohérent.

En tant que ministre de l’intérieur, Manuel Valls ne peut être incohérent sans remettre en cause la cohérence du gouvernement.

Dixième mensonge : Les députés ne sont pas cohérent ».

Manuel Valls attribue à ses adversaires ses propres défauts.

Onzième mensonge : Manuel Valls salue la maîtrise, le sans-froid, le professionnalisme du préfet de police.

La maîtrise et le professionnalisme est facile à remettre en cause, en constatant que les forces de l’ordre ont étémises en danger par leur simple position. Voir aussi l’article du député Lionel Tardy qui commente la manifestation et d’autres événements plus tardifs.

Douzième mensonge : les policiers et gendarmes ont garanti l’ordre républicain.

On montre de manière assez évidente que les policiers et gendarmes étaient en situation d’insécurité pour eux-mêmes, ce qui les empêchaient de faire respecter l’ordre. À cela il faut ajouter les débordements de ces mêmes policiers et gendarmes envers les citoyens de la République Française. L’ordre républicain a été mis en danger par le ministère de l’Intérieur et la préfecture de Police, et les forces de l’ordre ont été le moyen de cette insécurité.

Treizième mensonge : les policiers et gendarmes on évité tout drame.

Non seulement les policiers et gendarmes n’ont pu éviter tous les drames, mais ont été acteurs de drames, à cause de la mauvaise situation dans laquelle ils ont été placés.

La dernière parole (la responsabilité d’une mauvaise préparation) n’est que la répétition d’un mensonge déjà mis en lumière.

À propos des débordements

Manuel Valls cite la présence « des militants du bloc identitaire, des jeunesses nationalistes, de renouveau Français, du GUD, d’Europe Jeunesse », mais oublie de citer la présence de la Police Nationale :

Policier déguisé en casseur
Policier déguisé en casseur

Policier déguisé en casseur
Policier déguisé en casseur

Violence policière
Policier en civil frappant des manifestants

Policiers déguisés en casseur fuyant sous la protection des CRS
Policiers déguisés en casseurs fuyant sous la protection des CRS

Voir à ce sujet mon billet Avis de recherche.

Quand Manuel Valls ne ment pas

Manuel Valls a répété à plusieurs reprises qu’il n’y a pas eu de faute de la part des policiers.

Les français seraient rassurés si cette phrase était un mensonge, mais Manuel Valls ne peut pas mentir toute le temps.

Si cette phrase n’est pas un mensonge, alors la situation est très grave. En effet, la faute ne peut être imputée à un policier s’il exécute un ordre, la faute étant à reporter sur l’autorité qui lui a donné l’ordre.

S’il n’y a pas eu de faute de la part des policiers qui ont gazé des familles, c’est donc que ces gazages de famille étaient ordonnés par leur hiérarchie.

Ou bien Manuel Valls ment encore une fois, mais personnellement j’espère que les policiers ont fait leur travail tel qu’il leur fut demandé, avec professionnalisme.

Soit Manuel Valls avoue qu’il a menti encore une fois et désavoue les policiers, soit Manuel Valls reconnaît que les débordements policiers étaient des ordres. Dans tous les cas, les policiers sont victimes, avec les manifestants.

Pardon ?

Certains demandent à Manuel Valls qu’il fournisse des excuses.

Non, il ne faut pas attendre les excuses de Manuel Valls. Il faut même refuser ses excuses. Il faut attendre que Manuel Valls demande pardon.

Manuel Valls ne peut être excusé que s’il n’est pas responsable.

La différence fondamentale entre l’excuse et le pardon, c’est que l’excuse porte la responsabilité à la place de l’excusé et qu’ainsi l’excuse ne peut être reçue que si l’accusé reporte sa faute sur un tiers (l’excuse).

Le pardon ne peut être donné que si la faute est avouée et le fautif reconnu.

Le peuple français n’attend pas d’excuses, le peuple français attends que le ministre de l’intérieur reconnaisse ses fautes.

Alors seulement le pardon pourra être donné, la réconciliation est à ce prix.
La sécurité intérieure du pays est à ce prix.

Si Manuel Valls ne demande pas pardon, alors il est nécessaire pour la sécurité intérieure que sa charge de ministre de l’intérieur lui soit retirée.

Un ministre de l’intérieur ne peut être apte à assumer sa charge s’il nie l’insécurité objective du peuple français sur le territoire français.

Si le gouvernement ne retire pas à Manuel Valls sa charge de ministre de l’intérieur, alors la sécurité du peuple français n’est plus assurée sur le territoire français.

S’il est vrai qu’il n’y a pas eu de fautes de la part des policiers et donc que cette insécurité est ordonnée, et si le gouvernement ne retire pas à Manuel Valls sa charge de ministre de l’intérieur, alors le gouvernement reconnaît l’insécurité du peuple français sur le territoire français comme nécessaire à la stabilité du gouvernement français.

S’il faut retenir une phrase de Manuel Valls :                                                                    « Que chacun tire les leçons de ce type de débordement. »