La France dans de beaux draps.

Peu importe l’ivresse pourvu que l’on ait le flacon.
Vraisemblablement c’est ce que ces dames Trierweiller ou Gayet, concubine ou maitresse d’un monarque-élu, bedonnant, ridicule et maladroit doivent se dire au réveil, suivant leur tour de garde.
Leur Apollon au gras bide a défaut d’avoir la beauté de Crésus doit tout de même les transporter grâce a son aura d’être encore Mr. 15%.

Les avantages d’être la première concubine ou de devenir la maitresse en titre permettent d’oublier certains désagréments, et ce n’est pas l’ère de l’Internet, du tweet et du tout photo qui devrait leur faire peur. Tout passe, tout trépasse, le bon peuple applaudit, rigole et finalement s’en contrebalance. Qui vivra « verrat », comme devrait dire notre petit cochon Normal.

Mais la France, dans tout cela, quelle image finit elle par véhiculer !

Feydeau a l’Elysée c’est marrant, c’est pitoyable lorsque cela devient le Sitcom a la sauce hollandaise, totalement indigeste pour nous tous qui devront encore subir pendant plus de 1200 jours les aventures minables d’un histrion de bas étage, flanqué de ses hétaïres et autres cabotines.

L’épisode précédent avec M’Bala M’Bala Dieudonné est a tout compte fait plus égayant que celui qui nous est concocté . On se doute que les portes vont claquer, des cris retentir, « ciel mon mari » ne pourra même pas être prononcé dans ce triste scénario.

Voila a quoi le pays en est réduit. Voila ce que la presse internationale va retenir et cela a commencé.

preneurs de son

(Quand les preneurs de son se rendent compte qu’ils ont a faire a un trou du cul, ils adoptent la technique).

Pour le 14 janvier, « pacte de responsabilité », « choc de simplification », si bien nommés, Pépère va devoir certainement se les garer au plus profond de son slip.
Il y a fort a parier que les journalistes ne manqueront pas de fourrager dans les dessous de Mr. Normal et s’il nous réservait le scoop que l’une des deux belles de nuit est de trop, je gage que sa cocotte de popularité re-frisera les 20%.

Avec l’audience auprès du Saint siège le 24 janvier, a défaut d’obtenir une bénédiction nuptiale visiblement problématique, il pourra toujours se confesser et obtenir indulgence papale pour sa vie dissolue et la dissolution de son pays.